الجمعة، يناير 29

الاخبار العاجلة لتشييع رئيس الحكومة جنازة البنت قسنطينة في المقبرة المركزية بوسط مدينة قسنطينة وسكان قسنطينة يكتشفون قسنطينة عاصمة الجنائز العربية العائلية والاسباب مجهولة

 اخر خبر
الاخبار العاجلة لتشيع جنازة  الاميرة زوبيدة سلال  في مقبرة  قسنطينة المركزية وسكان قسنطينة يكتشفون ضيوف الاميرة الراحلة بالسيارات الفخمة والملابس الايطالية والحافلات العمومية لنقل سواح مقابر قسنطينة يدكر ان مقبرة قسنطينةتحولت الى ملتقي للصفقات العموميةولقاءات المحبة بين انتهازي السلطة والموظف البسيط عبد المالك سلال وشر البلية مايبكي

 http://www.landrucimetieres.fr/spip/IMG/jpg/a_025.jpg

 http://www.landrucimetieres.fr/spip/IMG/jpg/Bobigny2012_019_titittt.jpg


 http://www.landrucimetieres.fr/spip/IMG/jpg/a_01.jpg

 http://www.landrucimetieres.fr/spip/IMG/jpg/a_018.jpg


http://www.landrucimetieres.fr/spip/IMG/jpg/a_009.jpg

 http://www.landrucimetieres.fr/spip/IMG/jpg/a_013.jpg
 http://www.landrucimetieres.fr/spip/IMG/jpg/a_022.jpg

http://www.landrucimetieres.fr/spip/IMG/jpg/a_023.jpg
اخر خبر
الاخبار  العاجلة لتشييع رئيس الحكومة  جنازة  البنت  قسنطينة في المقبرة المركزية  بوسط مدينة قسنطينة وسكان قسنطينة  يكتشفون قسنطينة عاصمة  الجنائز العربية  العائلية والاسباب مجهولة 
اخر خبر
الاخبار  العاجلة  لاكتشاف  سكان قسنطينة  تحويل اموال سكان قسنطينة السرية  من اجل الجنائز العائلية للشخصيات  السياسية الجزائريةويدكر ان الداي حسين والي قسنطينة ابدع ميزانية اضافية لتنظيف المقبرة المركزية وطلاء اشجارها  كما  خصصت ميزانية خرافية لتنظيف طرقات  سيدي مبروك  زواغي   سان جان  وللعلم فان  رجال شرطة ودرك قسنطينة امسوا حراس لشوارع قسنطينة في انتظار وصول  جثمان المواطنة  الراحلة زبيدة سلال الى قسنطينة وشر البلية مايبكي
اخر خبر
الاخبار العاجلة  لتقديم  ضيوف جنازة قسنطينة الثقافية التعازي  لرئيس الحكومة الجزائرية  واخيه في بهو المقبرةالمركزية بينما اختفي  ابن الراحلة  زبيدة من تقديم التعازي حيث فضل الجلوس منعزلا فيمدخل المقبرة المركزية ليكتشف النفاق الاجتماعي لمسيري الدولة الجزائرية يدكر ان لباس الوزراء والحكومة الجزائرية منتوج  بلادي الايطالية  وشر البلية مايبكي 
اخر خبر
الاخبار العاجلة  لكراء ولاية قسنطينة حافلات لنقل المسافرين من محطة المنظقة الصناعية لنقل  الوزراء والولاة في حافلات  المواطنين الفقراء يدكر ان مصاريف جنازة  المواطنة  زبيدة سلال تتحملها حزينة  ولاية قسنطينة في اطار  زكاة  الولايات الجزائرية  والاسباب مجهولة 
اخر خبر
الاخبار العاجلة  لاكتشاف سكان قسنطينة النمادج  البشرية  للدولة الجزائرية لبتداءا من حراس سلال وانتهاءا بسائقي  الوزراء  الجزائرين يدكر ان  سائقي سيارات قسنطينة اكتشفوا الاختناق المروري في مخارج  سانجان  وشر البلية مايبكي
اخر خبر
الاخبار العاجلة لحدوث مشادات لفظية بين مواطنين وشرطة قسنطينة في مدخل طريق المقبرة المركزية بسبب منع سكان المقبرة المركزية من دخول مساكنهم العائلية الا بعد رحيل الفقيد عبد المالك سلال الى مثواه الاخير بقصر الحكومة في مقبرة الجزائر العاصمة والاسباب مجهولة 
اخر خبر
الاخبار العاجلة لكشف نساء قسنطينة فضائح رجال قسنطينة في حصة فتاوي على الهواء واداعة قسنطينة تخصص برامجها مع مراسيم الجنازة الرسمية العائلية للمواطنة  زبيدة سلال والاسباب مجهولة 
اخر خبر
الاخبار العاجلة لوضع اموات المقبرة المركزية بقسنطينةتحت الحراسة الامنية  بعد انتشار اخبار زيارة سلال سرية لتدشين   مقبرة قسنطينة  الجزائرية يدكر ان  سيارات الشخصيات السياسية احتلت طرقات  قسنطينة وطرد حراس المقابر  في سبيل ارضاء الابن سلال  لاختهالغالية الاميرة زبيدة سلال  يدكر ان الدولة الجزائرية اصبحت تشيع  مواطنيين بسطاء في جنازات رسمية  
عائلية والاسباب مجهولة 
اخر خبر
الاخبار العاجلة لتحويل مسار حصة براعم باداعة قسنطينة للحديث عن جسور وتاربخ قسنطينة بعد انتشار اخبار استماع المواطن سلال  لبرامج اطفال قسنطينة والاسباب مجهولة 
اخر خبر
الاخبار العاجلة  لتحويل حصةفتاوي قسنطينة الى  مكالمات نسائية تقدم شكاوي  حول سكاري قسنطينة ومفتي قسنطينة يعجز عن التعليق الاداعي  والاسباب مجهولة 
اخر خبر
الاخبار العاجلة لاكتشاف مواطنة في حصة اداعية ان البنوك الجزائريةتشتري المحلات التجارية لنساء قسنطينة  مقابل  اعادة كرائها  لصاحبة المحل علما  ان المواطنة طالبت بفتوي  هل يجوز لبنك الجزائر شراء محل تجاري لامراة مع اقتراح  كرائها محلها من بنك الجزائر وشر البليةمايبكي
اخر خبر
الاخبار العاجلة لاكتشاف سكان قسنطينة مظاهر التبدير الاقتصادي في جنازة المواطنة  زبيدة سلال وحضور وزراء سلال الى مقبرة سلال  يكتشف  مراسيم جنازة حكومة سلال والاسباب مجهولة 
اخر خبر
الاخبار العاجلة لحضور الزعيمة نعيمة صالحي الى مقبرة قسنطينة رفقة حارستها الشخصية ويدكر انه لاول مرة تحضر امراة جزائرية مراسيم دفن  امراة في مقبرة قسنطينة والاسباب مجهولة 
اخر خبر
الاخبار العاجلة لمطالبة سكان قسنطينة من الداي حسين والي قسنطينة تقديم فواتير  ومصاريف جنازة المواطنة الاميرة زبيدة سلال الى سكان قسنطينة عبر تقرير ادبي ومالي ينشر في الصحافة الجزائرية والاسباب مجهولة
اخر خبر
الاخبار العاجلة لحضور قيادات عسكرية  ولاة  مدراء تنفيدين   صحافيين عمال  الوزراة الاولي  رجال اعمال  سلال  حافلات النقل العمومي بقسنطينة حافلات النقلالعمومي مابين البلديات  حافلات النقل السياحي  السيارات السوداء الرسمية   سيارات الحراسة الامنية للشخصيات  السياسية و حفار قبور  اموات قسنطينة والاسباب مجهولة 
اخر خبر
الاخبار العاجلة لتجاهل  ضيوف مقبرة قسنطينة تقديم التعازي لابن الراحلة الاميرة زبيدة مقابل اغراق  الزعيم سلال  بقبلات النفاق السياسي  وشر البلية مايبكي

اخر خبر
الاخبار العاجلةلاحتجاج الفنان الشعبي احمد حمدي على الاقصاء الثقافي لفناني الشعبي بقسنطينة يدكر ان اغنية قسنطينة سجلت ولحنت وكتبت من اموال الشيخ نورالدين درويش والاسباب مجهولة 









http://www.constantine-hier-aujourdhui.fr/images/cimetiere/cimetierejuif3.jpg

http://www.landrucimetieres.fr/spip/spip.php?article363

http://i.huffpost.com/gen/3544462/thumbs/o-CIMETIRE-DE-ZRALDA-570.jpg?7




http://www.romanshistorique.fr/romans-sur-isere-les-tombes-musulmanes-du-cimetiere
http://thagaste.blogspot.com/2013/10/preservons-un-des-rares-cimetieres.html

http://www.constantine-aps.dz/local/cache-vignettes/L250xH188/arton18808-b469f.jpg

https://encrypted-tbn1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQI-raq8LXy6VATmNvI1OAawHnPLsIZki4PF0Tf-Faz6mEU74Zb



http://www.romanshistorique.fr/responsive/images/uploads/tombes-musulmanes-017.jpg

http://www.romanshistorique.fr/responsive/images/uploads/tombes-musulmanes1.jpg




http://www.romanshistorique.fr/responsive/images/uploads/tombes-musulmanes-008.jpg


http://espace.algerie.over-blog.com/article-cimetiere-d-el-kettar-alger-76423851.html



http://i21.servimg.com/u/f21/11/21/97/97/cimeti10.jpg





http://les-souvenirs-de-claude.e-monsite.com/medias/images/img-405.jpg?fx=c_200_200



http://www.skyscrapercity.com/showthread.php?p=93972452


http://annaba.net.free.fr/img/img_maxi/cimetiere.zaghouane1.maxi.jpg


http://www.vitaminedz.org/photos/45/45275-cimetiere-musulman-de-skikda.jpg



https://i.ytimg.com/vi/QtWLfIFNXvE/hqdefault.jpg

http://mw2.google.com/mw-panoramio/photos/medium/1381677.jpg




http://www.landrucimetieres.fr/spip/IMG/jpg/mayer.jpg
http://www.vitaminedz.org/photos/181/181792-darih-de-saints-inconnus-au-cimetiere-sidi-senouci-de-tlemcen.jpg

http://static.ennaharonline.com/ar/files/1_cimetiere_alger_337468987.jpg

http://www.elkhabar.com/media/uploads/images/2015-11-2722%3A53%3A17.536023-maka-555x318.jpg


http://4.bp.blogspot.com/-9ibJ7NbnULw/ULCHuAPfYVI/AAAAAAAAOwQ/eqW5zMYWAqc/s1600/47751-cimetiere-centrale-constantine.jpg

http://www.landrucimetieres.fr/spip/spip.php?article580

MAYER René (1895-1972)

Montparnasse - 5ème division
vendredi 15 février 2008
par  Philippe Landru

JPEG - 12.6 ko Personnalité majeure de la vie politique française des années 50, René Mayer fut un intellectuel de haut vol qui sut faire preuve de ses compétences dans de nombreux domaines. Avant la guerre, il fut l’un des organisateurs de la SNCF. Rallié à De Gaulle, il fut membre du Comité Français de Libération Nationale.
Dans les années 50, il cumule les missions : maire de Giverny mais également député de Constantine, en Algérie, où il représente les colons. Incarnant le radicalisme de l’après-guerre, il fut à de nombreuses reprises ministre (finances, justice, tranports, défense...). Il fut en outre, de janvier à juin 1953, un éphémère président du Conseil.
Européen convaincu, il fut l’un des artisans de la CECA de 1951, dont il fut président de la Haute Autorité de 1955 à 1957. Il ne put cependant mettre en place la CED, à cause du refus des députés gaullistes.
Il fut inhumé dans l’ancienne partie juive du cimetière (il était issu de la bourgeoisie israélite apparentée aux Rothschild).
JPEG - 24.6 ko







 http://oujdaportail.net/ma/wp-content/uploads/2010/08/makabir-oujda1.jpg


Reportage . Daïra de Beni Aziz (Sétif)

 

 

 

Par 17 avril 2011 2 Commentaires Lire →

Les tombes musulmanes du cimetière

Les tombes musulmanes du cimetièreL’Impartial du 27 janvier 2011 publiait un article intitulé « Les tombes musulmanes du cimetière » et signé « Société d’Etudes Historiques de Romans-Bourg-de-Péage (SEHR), Laurent Jacquot, Professeur d’histoire au Lycée du Dauphiné ».
Cet article, présenté comme une « recherche historique » visant à nommer les militaires qui sont inhumés dans ces tombes, contient plusieurs incohérences factuelles et historiques. Nous allons le démontrer.
1. LE NOMBRE DE TOMBES MUSULMANES
La première phrase de l’article de la SEHR est la suivante : « Dans le cimetière de Romans, se trouvent, à proximité du Carré Militaire, onze tombes anonymes portant les emblèmes de l’Islam. »
Onze tombes ?
Il suffit de se rendre au cimetière de Romans-sur-Isère pour constater qu’il n’y a que dix tombes musulmanes.
Précisons qu’il n’y a pas de tombe cachée et que le nombre officiel de tombes musulmanes gérées et entretenues par le Souvenir Français est bien égal à « dix ».
2. LE NOMBRE DE MILITAIRES MUSULMANS DÉCÉDÉS A L’HÔPITAL ENTRE 1923 ET 1928
L’article de la SEHR nous dit : « La réponse se trouve dans les registres de l’hôpital de Romans où sont notés, entre 1923 et 1928, les décès de onze soldats musulmans auxquels a été adjoint, en fin de registre, un douxième nom, celui d’un adjudant plus âgé. »
Sur le registre des décès militaires enregistrés à l’hôpital-hospice de Romans-sur-Isère entre 1923 et 1928, nous trouvons effectivement douze noms :
– Messaoud ben Saad Tertouri, originaire de Constantine et décédé le 13 mars 1924 à l’âge de 22 ans
– Sebti ben Mohamed Zaytaye, originaire de Constantine et décédé le 18 juin 1924 à l’âge de 22 ans environ
– Mohamed Fatah, originaire de Constantine et décédé le 18 juin 1924 à l’âge de 22 ans
– Bouzed Djeradi, originaire de Constantine et décédé le 5 juillet 1924 à l’âge de 22 ans environ
– Lemouchi Sehtal, originaire de Constantine et décédé le 12 août 1924 à l’âge de 22 ans environ
– Amar Sahnoune, originaire de Constantine et décédé le 20 août 1924 à l’âge de 22 ans environ
– Ali Mohamed Bouhamba, originaire de Constantine et décédé le 17 janvier 1925 à un âge indéterminé
– Ali Bouacida, originaire de Constantine et décédé le 26 décembre 1925 à l’âge de 21 ans environ
– Mohamed el Marouf, originaire du Maroc et décédé le 17 octobre 1927 à l’âge de 27 ans environ
– Tahar ben Mohamed, originaire du Maroc et décédé le 15 janvier 1928 à l’âge de 23 ans environ
– Salah el Saoud, originaire du Maroc et décédé le 11 avril 1928 à l’âge de 29 ans environ
– Mohamed el Zahar, originaire du Maroc et décédé le 10 juin 1928 à l’âge de 38 ans environ
La SEHR rejette le dernier militaire de la liste au motif qu’il a été « adjoint en fin de registre » et qu’il est « plus âgé ». Or, il n’a pas été adjoint. Il a été ajouté comme cela se trouve très fréquemment dans les registres nominatifs.
A la différence de la SEHR, je ne rejette pas ce militaire qui doit être considéré comme les autres et nous verrons plus loin que c’était le bon choix.
3. LES CONCLUSIONS DE L’ARTICLE DE LA SEHR
L’article de la SEHR se conclut par : « Aujourd’hui, ces onze tombes ne sont plus anonymes : onze noms peuvent maintenant être appelés devant ces sépultures. » Suivi des noms des onze premiers militaires de la liste ci-dessus.
Or, cette conclusion est fausse dans tous les cas parce qu’il n’y a pas onze tombes mais seulement dix !
Il y avait douze noms pour onze tombes donc un militaire a été écarté par la SEHR. Nous avons désormais douze noms pour dix tombes et il faudrait écarter deux militaires.
La SEHR commet donc une erreur historique en affirmant donner la liste des militaires inhumés dans les tombes musulmanes.
4. D’AUTRES MILITAIRES MUSULMANS SONT-ILS DÉCÉDÉS A L’HÔPITAL ?
De notre côté, poursuivons les recherches en essayant d’abord de savoir si d’autres militaires musulmans sont décédés à l’hôpital en ne nous limitant pas à la période 1923-1928. En effet, après les grandes guerres, il était très fréquent d’exhumer des corps inhumés temporairement pour les regrouper ensuite dans des carrés militaires.
Dans le même registre, nous trouvons deux autres militaires musulmans décédés à l’hôpital-hospice :
– Salah ben Amedh Rezgui, originaire de Constantine et décédé le 24 octobre 1918 à l’âge de 21 ans environ
– Benidire Salah, originaire de Constantine et décédé le 11 novembre 1918 à l’âge de 42 ans environ
Nous voici maintenant en présence de quatorze militaires pour dix tombes.
Le registre des décès militaires à l’hôpital-hospice entre 1914 et 1918 n’existe malheureusement plus. Mais d’autres archives nous permettent de dire que ces quatorze militaires musulmans sont les seuls qui pourraient avoir été inhumés dans ce carré.
5. OÙ CES QUATORZE MILITAIRES MUSULMANS ONT-ILS ÉTÉ INHUMÉS ?
Pour savoir où ces quatorze militaires ont été inhumés, nous devons consulter les registres d’inhumation :
– Salah ben Amedh Rezgui, inhumé le 25 octobre 1918 sur le terrain militaire de l’hôpital-hospice
– Benidire Salah, inhumé le 13 novembre 1918 sur le terrain militaire du cimetière
– Messaoud ben Saad Tertouri, inhumé le 15 mars 1924 dans la fosse commune du terrain militaire du cimetière
– Sebti ben Mohamed Zaytaye, inhumé le 20 juin 1924 dans la fosse commune de l’hôpital-hospice
– Mohamed Fatah, inhumé le 20 juin 1924 dans la fosse commune de l’hôpital-hospice
– Bouzed Djeradi, inhumé le 7 juillet 1924 dans la fosse commune de l’hôpital-hospice
– Lemouchi Sehtal, inhumé le 14 août 1924 dans la fosse commune de l’hôpital-hospice
– Amar Sahnoune, inhumé le 22 août 1924 dans la fosse commune de l’hôpital-hospice
– Ali Mohamed Bouhamba, inhumé le 19 janvier 1925 dans le carré des indigents de l’hôpital-hospice
– Ali Bouacida, inhumé le 28 décembre 1925 dans le carré […] (illisible) de l’hôpital-hospice
– Mohamed el Marouf, inhumé le ? (des pages manquent dans le registre)
– Tahar ben Mohamed, inhumé le 17 janvier 1928 dans ? (feuillet abîmé, illisible)
– Salah el Saoud, inhumé le 12 avril 1928 dans le carré militaire de l’hôpital-hospice
– Mohamed el Zahar, inhumé le 11 juin 1928 sur le terrain militaire du cimetière
Nous ne trouvons pas d’autres militaires musulmans inhumés à Romans-sur-Isère entre 1914 et 1930.
6. CONCLUSION
Il semble très probable que dix de ces quatorze militaires aient été exhumés pour être ensuite regroupés dans le carré musulman du cimetière et la raison pour laquelle les tombes sont anonymes reste inconnue.
Malheureusement, les archives disponibles aujourd’hui ne permettent pas non plus de mettre un nom sur ces tombes.
Source : Archives municipales de Romans-sur-Isère, Série S – Hôpital XIXè-XXè siècle – 121 S 6 – Registre des décès militaires – Janvier 1917-Juin 1928 ; Registres des inhumations 1906-1917, 1917-1927 et 1928-1938

De nombreux projets inachevés

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte
le 20.01.16 | 10h00 Réagissez
souh

Traversée par la RN77 reliant Sétif à Jijel, la séculaire cité de Béni Aziz, chef-lieu de daïra situé à 70 km au nord-est du chef-lieu de wilaya, elle n’a de daïra que le nom, car elle est dépourvue de tout.

La masse juvénile de la ville, qui a payé le prix fort durant les massacres du 8 Mai1945, la guerre de libération et pendant la tragédie nationale ne dispose d’aucun équipement sportif et culturel. Après la fermeture du centre culturel, suite à un glissement de terrain, les jeunes de Béni-Aziz (ex-Arbaoun) sont contraints de passer une large partie de leur temps dehors ou dans les cafés. Les élèves qui avaient l’habitude de travailler en groupe au centre culturel, pour préparer les examens de fin de cycle, sont les plus pénalisés. Le petit stade communal, qui attend depuis 2013 la pose du tartan synthétique, se trouve dans un état déplorable : «Les promesses de l’ex-DJS, qui nous a menés en bateau, ne sont toujours pas concrétisées.
Dans d’autres stades, la pose du tartan ne dépasse pas 30 jours, à Béni Aziz on attend encore», dira, outré,  un élu communal. Inscrit depuis des lustres, le projet du complexe sportif comportant une piscine et une salle OMS (omnisports) fait du surplace. Remis en 2013, l’ordre de service de la salle OMS traîne la patte. D’autant plus qu’on vient à peine d’entamer les travaux des murs de soutènement «Si nos projets traînent, c’est parce que Béni Aziz est loin des yeux. Il est à la fois inconcevable et scandaleux qu’une cité historique comme la notre ne bénéficie pas de la même attention que certains centres qui s’accaparent  tout. On ne demande pas un  régime identique à celui du chef-lieu de wilaya, mais le  minimum.
En 2016, les jeunes ne disposent toujours pas d’un espace de rencontre. Trouvez-vous ça juste ?», s’interrogent des jeunes rencontrés non loin de la stèle où trônent les noms d’une partie des martyrs de la région. En matière de logement rural, c’est aussi l’indigence. Plus de 700 demandes attendent dans les tiroirs. «Les procédures bureaucratiques subordonnant toute aide de 700 000DA à la présentation d’un acte de propriété n’arrangent personne.
Ce n’est pas de la sorte qu’on va fixer les populations rurales, contraintes de demander un logement social et de nous compliquer davantage la tâche. Le problème a été posé à maintes reprises, sans suite», martèlent les gestionnaires de l’agglomération n’ayant pas bénéficié depuis presque 20 ans d’une opération sectorielle d’aménagement urbain.
Autre point faible des lieux : octroyée dans le cadre du PCD (Plan communal de développement), l’enveloppe pour la rénovation du réseau d’eau potable (AEP) n’a pas, nous dit-on, suffi. Il convient, par ailleurs, de préciser que les réseaux d’AEP et d’assainissement font défaut aux habitants  de Ouled El Hadj, un douar situé au pied du mont  Sidi Mimoune, culminant à plus de 1600 m. Hormis le tissu urbain, le reste des douars qui ont souffert durant les années sombres attendent depuis 2010, l’arrivée du gaz naturel. Une commodité indispensable à une vie décente. Reste à espérer que les autorités locales prennent les choses en charge pour concrétiser les projets inscrits et lancés. 
Kamel Beniaiche

Patrimoine architectural de Sétif

Les anciens quartiers en danger

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte
le 28.01.16 | 10h00 Réagissez

L’absence d’un plan d’urbanisme et de restauration a accentué la dégradation de ces sites qui représentent un pan de l’histoire de cette séculaire cité.

Mis aux oubliettes, les anciens quartiers de la ville de Sétif, où aucune opération  de sauvegarde d’un patrimoine aussi précieux ne pointe à l’horizon, font pitié.  Faute d’un régénération, ces lieux, où la décrépitude prend le dessus sur la quiétude et la belle vie du bon vieux temps, deviennent les principaux points noirs de l’agglomération, où le vocable «ville» sonne désormais dans le vide. Inscrites dans le cadre de la Résorption de l’habitat précaire, la démolition de certaines harat (immeubles) a donné le coup de grâce à un patrimoine architectural d’une incommensurable valeur. Cette catastrophe n’a fait l’objet d’aucune objection.
Comme ce fut le cas lors de la destruction de l’ancienne caserne Napoléon (actuel parc d’attractions) où ont été massacrés des milliers de Sétifiens en 1945 et durant la guerre de Libération nationale. En abordant ce point précis, une petite question d’histoire et de géographie nous taraude l’esprit : où se trouve Draâ Benkharbèche (camp d’internement en 1945) ? La question est posée.La dégradation du cadre de vie du village nègre, combata (les combattants), Bounechada, Birgaille (Pierre Gaillet), Langar, Tlydjene (ex-Bon Marché et cité Levy), ledjnan, Z’kak Etamara, l’ancien Bel air et les bâtiments de l’assurance pour ne citer que ces lieux, est endémique.
L’absence d’un plan d’urbanisme et de restauration de ces quartiers qui représentent un pan de l’histoire de cette cité séculaire, en est la cause. Les écrits de presse, ainsi que les innombrables coups de gueule de bon nombre d’universitaires n’ont pas offusqué outre mesure les responsables. Lesquels n’ont toujours pas levé le petit doigt pour restaurer la mythique école Frères Berchi, transformée par les agents de nettoiement de la commune en... magasin de brouettes. Le même sort est réservé à l’historique CEM Mohamed Khemisti, où de nombreux Sétifiens ont été parqués par l’armée coloniale.
Les correspondances et doléances des amis du collège butent sur un assourdissant silence radio. La descente aux enfers des lieux précités s’accompagne du départ massif des familles, laissant derrière elles des souvenirs et d’inoubliables tranches de vie. Il convient de préciser que la  restauration de l’ancien bâti de Sétif  n’a jamais été la préoccupation des locataires de l’Hôtel de Ville d’hier et d’aujourd’hui.
Lesquels n’ont pas jugé utile de mettre à profit le jumelage avec Rennes et le partenariat avec Lyon pour l’inscription de ce volet dans leur  feuille de route. Les responsables locaux, en premier lieu les élus, sont interpellés pour non seulement sauver ce qui reste à sauver mais inscrire des opérations de rénovation des anciens quartiers et classer, le centre ville de Sétif comme patrimoine historique. Puisqu’il transmet et entretient une partie de la mémoire de la cité.                      
Kamel Beniaiche

 

Affaire du bébé décédé à la maternité de Sidi mabrouk (Constantine)


Six mois de prison avec sursis pour une résidente

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte
le 26.01.16 | 10h00 Réagissez

Le tribunal de Constantine, situé à Ziadia, a condamné hier, A.B., médecin résidente à la maternité de Sidi Mabrouk, à six mois de prison avec sursis et une amende de 30 000 DA pour négligence ayant causé la mort d’un nouveau-né.

L’affaire remonte au 6 juin de l’année écoulée, quand le mari d’une parturiente a déposé une plainte au niveau du 4e arrondissement de la sureté urbaine contre une résidente en 3e année gynécologie exerçant à la maternité Sidi Mabrouk, dans laquelle sa femme a accouché, pour négligence médicale, ayant causé le décès d’un bébé de sexe féminin. Lors du procès qui s’est déroulé, il y a 15 jours, la victime M.H., a déclaré qu’elle était enceinte de 7 mois, et que son gynécologue l’avait orienté en urgence vers la maternité de Sidi Mabrouk avec un rapport détaillé sur son état jugé délicat.
Selon son médecin, elle devrait accoucher rapidement, particulièrement qu’elle avait des douleurs inhabituelles.
Le mari s’est dit choqué quand les médecins de cet établissement ont refusé de prendre en charge sa femme, estimant qu’il n’était pas encore temps pour elle d’accoucher. Souffrant de douleurs atroces, la femme reviendra avec son mari le lendemain à la même maternité, mais elle s’est vue refuser son admission. Le mari déplacera sa femme jusqu’à l’hôpital de Ali Mendjeli, avant de passer au CHU Ben Badis. Les médecins lui ont expliqué que le cas de sa femme est délicat et elle devrait être admise à la maternité de Sidi Mabrouk. Devant le juge, la victime a affirmé qu’elle est retournée le 6 juin à la maternité de Sidi Mabrouk, car son état s’est dégradé, déclarant qu’elle a été maltraitée, car « elle a dérangé les résidentes».
Examinée, selon ses propos, par une sage-femme, la plaignante a été transférée vers la salle d’accouchement sans être accompagnée. «C’est au moment où je me suis installée sur le lit que le bébé est tombé au sol sur sa tête; il est mort sur place», a-t-elle ajouté. Le nouveau-né a été déplacé par une femme de ménage vers une autre salle. Les déclarations de la victime sur la mort de son bébé ont été approuvées par le rapport du médecin légiste. Pour rappel, le procureur de la République a requis 18 mois de prison ferme contre l’accusée. Cette dernière s’est défendue en soulevant l’absence d’un médecin spécialiste durant la nuit de l’incident. «Nous étions 8 résidentes de garde, alors pourquoi on n’a voulu m’imputer à moi seule la responsabilité», a-t-elle déclaré.
Rappelons qu’il y a une semaine, les médecins résidents avaient organisé un mouvement de protestation, marquant un arrêt de travail au sein de la maternité de Sidi Mabrouk en signe de solidarité avec l’accusée.   
        
Yousra Salem

Reportage . Hamma Bouziane (Constantine)

Le marché des voitures d’occasion toujours attractif

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte
le 24.01.16 | 10h00 Réagissez

Créé au début des années 1990, le marché tri-hebdomadaire de Hamma Bouziane est devenu, 20 ans plus tard, l’un des marchés les plus importants de la région de par les rentrées financières qu’il génère, mais surtout de par sa superficie et la notoriété acquise grâce au marché des fruits et légumes qui s’y tient, chaque mercredi, et celui des voitures d’occasion qu’il abrite le week-end.


Le marché de Hamma Bouziane occupe une superficie de plus de 4 hectares et permet à la mairie de récolter la coquette somme de 30 millions de dinars par an. En plus des recettes fiscales, mais surtout des rentrées financières provenant de la cimenterie implantée sur son territoire, on serait tentés de croire que l’APC de Hamma est tout à fait à l’abri du besoin.
Du côté de la mairie de Hamma, l’on souligne cependant que cet apport financier qui provient du marché constitue certes une bouffée d’oxygène pour la commune mais reste insignifiant, eu égard aux exigences énormes en matière de développement des localités territorialement dépendantes de sa commune.
Pour ce qui est du souk de Hamma, sa notoriété il la doit surtout au marché de voitures d’occasion qui ne désemplit pas chaque week-end. Les vendredis et samedis constituent, en effet, les journées les plus longues pour les habitués car le marché accueille, dès les premières heures de la matinée des centaines de voitures toutes marques confondues.
Les revendeurs s’empressent d’occuper les meilleures places, ayant pris le soin, la veille, d’effectuer un toilettage complet du véhicule mis à la vente. Pour accéder au marché ceux-ci doivent s’acquitter de 600 DA pour un véhicule touristique et jusqu’à 1000 DA pour un utilitaire, mais notons que l’organisation à l’intérieur de cet espace laisse à désirer. Le stationnement des véhicules se fait dans la désorganisation la plus totale.
Au milieu du marché, des gargotes, des vendeurs de pièces d’occasion et même des vendeurs de friperie foisonnent. Signalons toutefois, que la mairie de Hamma a engagé sur le site de menus travaux pour l’aménagement de nouveaux accès et d’aires de stationnement délimitées. Des aménagements qui demeurent insuffisants puisqu’ils n’ont pas été accompagnés de la pose de bitume à l’intérieur, où des nuages de poussière rendent l’atmosphère irrespirable pour les visiteurs des lieux.

La gamme proposée va de la petite citadine au 4/4
Pour ce qui est du négoce des véhicules, tous les vendeurs et acheteurs de la région que nous avons rencontrés s’accordent à dire que les prix ont flambé ces derniers mois, que ce soit au marché de Hamma ou bien chez les concessionnaires, en raison notamment de la dépréciation du dinar et des mesures prises par le gouvernement pour la limitation des importations des véhicules. Il n’en demeure pas moins qu’au niveau du souk de Hamma, l’acquéreur a toujours l’embarras du choix.
La gamme proposée va de la petite citadine au 4/4. Certains véhicules haut de gamme, comme le Land Rover Evoque, le Range Rover, ou la 4/4 Nissan et Toyota se négocient autour des 5 MDA et trouvent cependant acquéreurs. La classe moyenne a aussi la possibilité d’acheter un véhicule neuf, avec zéro au compteur, selon le jargon utilisé par les revendeurs. Il s’agit de véhicules très demandés tels la Polo Volkswagen, la Seat Ibiza ou la Peugeot 208 dont les délais de livraison chez les concessionnaires varient entre deux et six mois.
Les clients pressés peuvent donc les acquérir au marché de Hamma contre une majoration du prix concessionnaire qui peut atteindre les 100 000 DA pour certains véhicules. Les véhicules de moins de trois ans se négocient, quant à eux, entre 1,5 MDA et 3 MDA. La gamme proposée est très large: Peugeot 308, Seat Leon, Renault Scenic, Golf Volkswagen 6 et 7, Clio 4 tiennent le haut du pavé suivies des coréennes, telles les Kia Sportage et Sorento et Hyundai Tucson.
Les voitures prisées par les «taxieurs», à l’exemple des Renault Dacia et Symbol et Hyundai Accent sont également très recherchées. Leur prix peut varier selon leur état et kilométrage entre 800 000 DA et 1,2 million de dinars. Pour les véhicules de plus d’une dizaine d’années d’âge, l’espace qui leur est réservé est communément appelé El khorda, c’est-à-dire la ferraille, et est situé à l’écart des véhicules de luxe. On y trouve des voitures à la portée de toutes les bourses.
De la Renault Mégane, qui a connu ses années de gloire dans les années 90, cédée selon son état autour des 500 000 DA, à la Hyundai Atos des années 2000 vendue autour des 600 000 DA. On peut néanmoins, à partir de 300 000 DA, repartir avec un véhicule en marche mais sans aucune garantie. La cotation des véhicules n’obéit par ailleurs à aucun critère, mais il semble que les revendeurs se passent le mot pour fixer le prix de chaque gamme de voitures.
L’acheteur doit faire en outre attention à l’arnaque, monnaie courante dans ce genre d’activités, notamment pour ce qui concerne l’authenticité des papiers. Pour éviter les mauvaises surprises, la préférence des acheteurs va aux véhicules immatriculés dans la wilaya de Constantine.
F. Raoui

Constantine

La fermeture du pont Sidi Rached différée

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte
le 25.01.16 | 10h00 Réagissez

Prévue pour vendredi prochain, comme annoncé par les autorités de la ville, la fermeture pour travaux du pont Sidi Rached a été finalement différée à une date ultérieure, selon Salim Zahnit, directeur des travaux publics de la wilaya (DTP).

Cette décision a été proposée, hier, à la direction des travaux publics, lors d’une séance de travail ayant réuni l’expert italien, les responsables de la Sapta et le DTP. Selon ce dernier, l’expert, arrivé à Constantine dans la nuit de samedi, était hier au pont Sidi Rached pour ausculter les lieux. «Nous avons constaté que la fissure est de plus en plus profonde et la pierre a été complètement endommagée», nous a expliqué le DTP.
Et d’ajouter : «Il y a 4 mois, il était possible de récupérer la pierre pour la réhabilitation, mais actuellement, elle a été cassée. Il faut une démolition et une reconstruction. La fermeture a été différée car nous ne pouvons pas fermer le pont pour ne rien faire tout en pénalisant le citoyen. Une autre pierre sera ramenée pour l’habillage du pont afin de garder l’aspect ancien, avec une reconstruction en béton.» Notre interlocuteur a assuré que des efforts seront déployés pour achever les travaux en deux mois, insistant sur la technicité que demandent cette opération complexe.     

Yousra Salem


Formation en critique théâtrale pour les journalistes

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte
le 26.01.16 | 10h00 Réagissez


Dans le cadre de la manifestation Constantine capitale de la culture arabe, le département théâtre organise une session de formation sur la critique théâtrale au profit des journalistes. La formation qui s’étalera sur six jours (du 25 au 30 janvier) est marquée par la participation d’une vingtaine de journalistes de plusieurs medias, qui ont assisté hier à la cérémonie d’ouverture de ce cycle, pour laquelle les organisateurs ont choisi le somptueux cadre du théâtre régional de Constantine (TRC).
Le but principal de ce cycle est de former des journalistes dans l’art de la critique théâtrale en leur inculquant les méthodes adéquates et la sémiologie du quatrième art, en créant ainsi une passerelle entre les artistes et la presse culturelle. Un message auquel les organisateurs tiennent beaucoup. Sans oublier de décortiquer l’identité du théâtre algérien, comme l’a bien souligné Ibrahim Noual universitaire et critique, qui fait aussi partie des formateurs désignés pour ce cycle.
Un programme riche est déjà tracé, avec des cours théoriques à l’hôtel Hocine de Ali Mendjeli et le TRC, traitant de l’histoire du théâtre mondial et algérien jusqu’aux principes de la réalisation théâtrale. Des pièces seront jouées également pour l’occasion au TRC, dans la soirée, et qui feront l’objet de débats entre les professionnels et les journalistes. Pour la réussite de cette formation, qui a pour but de redorer l’image du théâtre en Algérie, le directeur du TRC, Mohamed Zetili, a insisté sur la rigueur des participants afin de mieux profiter des connaissances des encadreurs, dont on citera  Djamila Zegai Mustapha (universitaire), Ibrahim Noual (universitaire et critique), Mohamed Boukeras (universitaire et critique) et Djeroua Allaoua Wahbi (écrivain et journaliste).
Ilhem Chenafi

Cité Sakiet Sidi Youcef

Les habitants dénoncent l’insécurité

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte
le 27.01.16 | 10h00 Réagissez


Les habitants de la partie nord (3e tranche) de la cité Sakiet Sidi Youcef (ex-La Bum) représentés par leur association de quartier baptisée Bon voisinage et civisme montent à nouveau au créneau pour signaler le danger encouru par leurs enfants scolarisé à l’école primaire Omar Benayache, située à proximité du bidonville Brighet, évacué en 2013, mais que les autorités n’avaient pas pris le soin à l’époque de démolir entièrement.
«Les quelques bâtisses laissées en l’état se sont vite transformés en un lieu malfamé, squatté quotidiennement par des voyous venus des quartiers environnants, ce qui noud fait craindre le pire du fait de la proximité de ce lieu avec l’école où sont scolarisés nos enfants», témoignent les habitants du quartier. Les représentants de l’association évoquent d’autre part le comportement incivique d’un commerçant ayant ouvert une café-restaurant à proximité de leur cité sans se donner la peine de raccorder la conduite d’évacuation des eaux usées de son magasin au réseau existant pour laisser celles-ci se déverser plus bas dans leur quartier.
Ces derniers, affirment, d’autre part, avoir adressé plusieurs correspondances aux autorités concernées notamment au délégué du secteur urbain de Ziadia pour leur faire part de leurs préoccupations et les inciter à prendre des mesures en faveur de leur quartier. «Des correspondances restées sans suite jusqu’à ce jour», déplorent-ils.
F. Raoui
 
 http://les-souvenirs-de-claude.e-monsite.com/pages/iv-constantine/le-9-avril-1949.html

le 9 avril 1949

LE 9 AVRIL 1949
Grand’mère est morte le 9 Avril 1949 d’une crise cardiaque, à midi, le Samedi du « Shabbat Agadol » le "grand shabbat" qui précède Pâque. Nous arrivions dimanche avec ma mère de Tlemcen où nous étions pensionnaires, Josiane et moi, pour passer à Constantine les vacances de Pâques qui coïncident le plus souvent avec la Pâque juive. Mon oncle Georges était, la veille, arrivé d’Alger où il faisait des études de Médecine. Il avait en vain tenté une piqûre pour ranimer grand'mère.
. A l’époque, le voyage en train de Tlemcen à Constantine (944 km) durait une journée et une nuit avec des changements et durant le trajet nous étions injoignables.
Surprises de ne trouver personne à la gare pour nous accueillir le Dimanche matin, nous avons appris sur le Pont d’El Kantara, par un cousin envoyé à notre rencontre, le décès brutal de grand’mère, la veille.
Il y avait foule à la maison. Des religieux en prière, des parents, des amis mais dans le silence et la dignité. Pas de pleureuses ni de griffures de visages, ni aucune manifestation ostentatoire. Paul fit taire sans ménagement  une des soeurs de grand'mère, Eugénie, qui se lançait dans une bruyante lamentation. Elle s'immobilisa puis se mit à secouer la tête, puis dodeliner en silence  avec un rictus de douleur dont seules les pleureuses ont le secret. Je restais figée appuyée contre un chambranle de porte n'osant approcher la chambre mortuaire. Qu'arrivait-il aux âmes des morts? J'étais glacée, Pour la première fois j'étais confrontée à la mort. Les larmes ne venaient pas.  Paul qui n’avait que 20 ans s’est jeté dans nos bras, les yeux secs, désespéré : « Grand’mère est morte ! ». Aucune larme pour évacuer le mal. Pendant tout le mois de deuil il se rendait sur la tombe pour parler avec sa mère. Et le soir, depuis le petit balcon de la rue Thiers, les yeux fixés vers les dômes rouges  de l'hôpital au- delà duquel, dans le cimetiére juif, reposait sa mère, il parlait toujours.

  Img 237

  Sur l'autre rive du Rhumel, l'hôpital vu de la fenêtre de la salle à manger 44 rue Thiers. Au-delà se trouve le cimetière juif.
 


 Une nuit, il sentit  une vibration, un frôlement, un léger bruit d'aile dans son dos. Dans son délire, il espéra. C'était une énorme sauterelle ! Pendant plusieurs semaines, il ne put ni pleurer ni manger et perdit 10 kg.
Eugène pleurait comme un enfant : « Qui va me protéger maintenant ? »**.Il avait 31 ans et revenait de la guerre ! Il était en Angleterre à la tête d'une équipe de déminage avec une tête de mort comme emblème - une façon de l'exorciser- !
Grand’mère était dans sa chambre, allongée par terre, à même le sol, les pieds dirigés vers la porte, deux bougies allumées nuit et jour de part et d"autre du visage dans des bougeoirs en  cuivre. Elle était entièrement recouverte d’un linceul blanc. Le rituel juif ne découvre pas le visage. C'est l'image de la vie qui doit rester dans nos mémoires.
Les miroirs, symboles entre autres  de vanité souvent associés aux crânes dans les représentations figurées, étaient dissimulés sous des draps blancs. Aucun reflet ni du corps ni de l'âme qui vient de le quitter, erre et cherche sa place dans le royaume des morts ! Dans le deuil, nos pensées vont vers Dieu et non nos regards vers nous mêmes. Cette pratique dont d'ailleurs  l'explication par strates se perd dans la nuit des temps est peut-être aussi liée à la croyance ancienne que le miroir au pouvoir magique est "capteur d'âme" et ne doit pas l'égarer dans sa quête.
Eugène, effondré à côté du corps de sa mère, acceptant mal qu’on lui couvre le visage  avait glissé sa main sous le drap pour lui tenir la  main, et Paul, tout prêt à croire au miracle, se mit à crier : « Elle bouge ! Elle bouge ! ».
Aujourd’hui, plus de 60 ans après, Paul sourit tristement en évoquant cette scène et quand il parle de sa mère avec Josiane et moi, il dit toujours : « grand’mère ».
Nous avons beaucoup partagé pendant ces années de notre enfance commune.

Lettre de Monique, ma cousine germaine, née Melki une des filles d'Eugène.

**J’ai lu et relu tous tes textes avec bonheur et émotion.., j’ai capté sur mon pad les images de la famille pour les voir quotidiennement, et même la tabatière de grand père qui me procure une joie immense quand j'ouvre la photo. Ton site est vivant, aimant, authentique, et je ressens au fond de moi la nostalgie transmise par papa quand il évoquait cette période de sa vie, son attachement à sa mère si profond, jusqu’au soir de sa vie il avait les larmes aux yeux en parlant d’elle.."ah, Ma !» Pour papa, l’Algérie était sa terre natale et maternelle. Je le comprends mieux aujourd’hui, les rituels si naturels, tricotés dans son quotidien, lui ont cruellement manqué en France, il ne s’est jamais plaint mais je mesure tout ce qui lui était vital, en rites et en esprit de tribu..
5 nov 2012

 Mars 2014. Au cimetière juif de Constantine.

 Img 0319  Img 0324


Img 404  Img 405






































Je n'ai pas trouvé la tombe de grand'mère et de la petite Juliette mais par hasard découvert celle en marbre blanc sculptée de Raymond Sultan, le frère de ma grand'mère Clara née Sultan.

   Depuis le cimetière juif l'hôpital à droite avec ses dômes rouges et dans la trouée le 44 rue thiers au-delà du Rhumel..

  Img 413

 
Hopital 1
Hôpital vu du ciel. Photo Yann Arthus-Bertrand?

1. LA FAMILLE DE MA GRAND’MERE MELKI
Née Clara, Valentine, Sultan Son père : Nathan Sultan, était un prospère commerçant en gros de tissus indigènes. Il était propriétaire d’un immeuble rue de France et de deux « jardins » dans la fertile plaine du Hamma. Dans cet immeuble, ont vécu son fils René avec sa mère, et sa fille Eugénie, dite « Zeiro », épouse de Lazare Dadoun. .
Sa mère : Rachel Guedj.
Trois frères :
1. Abraham dit « Dada »a eu un fils : Nathan dit « fifils », mort très jeune, et plusieurs filles : Berthe, Yvonne, Georgette, Odette, de la génération de ma mère. J’ai bien connu Berthe, institutrice après un début d’études de droit à Alger. Mariée puis divorcée d’un homme plus jeune qu’elle de dix ans. Un enfant.
2. Raymond avoué, époux de Rachel : quatre enfants :
Robert, avoué, prisonnier de guerre pendant 5 ans. Revenu malade, marié puis divorcé.
Alice, mariée avec le pharmacien Maurice Sabben. Paulette, professeur d’Anglais. Mariée ?
Jacques, médecin, mort très jeune de leucémie.  J’ai connu sa femme, mère d’une petite fille que j’ai eue comme élève, en 6ème au Lycée Duruy en 1964. Autre coïncidence : la soeur de cette femme était professeur d’anglais au Lycée François Villon, où j’enseignais aussi dans les années 1970.
3. René : mort jeune, cardiaque. Epoux d’une artiste peintre : Solange Naman.
Trois soeurs :
 1 :Eugénie dite « Zeiro »,épouse de Lazare Dadoun, un notable dans la communauté juive de Constantine. Ont adopté deux enfants dans une Institution juive en Alsace : Léon et Marie-Eve. 2 :Clara, Valentine :ma grand’mère 3 :Augustine dite « Loueino » : épouse d’un propriétaire de palmeraies à Biskra : Touitou. Ils ont eu 4 fils: William mort aussi de leucémie, jeune médecin , Pierre, Jeannot, Yvan.
.
Neveux bar mitsva
Bar Mitsva de William Touitou à Biskra. 1938.

4 neveux de ma grand’mère Clara lors d'une bar mitsva: 3 fils d’Augustine : William, Pierre, Jeannot Touitou de Biskra et Léon Dadoun fils adoptif d’ Eugénie.
 
 
 

Site naturel de la ville

La grotte des Ours vandalisée

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte
le 27.01.16 | 10h00 Réagissez
La grotte des Ours vandalisée

Au mois de décembre 2014, nous avions signalé dans nos colonnes l’état de dégradation dans lequel se trouvait la grotte des Ours, située sur le site de l’ancien bidonville Fedj Errih, rasé au cours de l’année 2014, et se trouvant à quelques encablures de la cité Emir Abdelkader.

Une situation révélée par des membres du club de spéléologie de Constantine, qui nous avaient invités à une randonnée pédestre sur les lieux. Plus d’une année après, le site a subi le pire des sorts, après avoir été évacué par ceux qui l’ont transformé en étable. Un fait que nous avions relaté, mais qui n’a suscité aucune réaction de la part des autorités de la ville. Il semble que ces dernières ne prêtent aucune attention aux vestiges naturels et historiques du Vieux Rocher, dont le patrimoine subit toutes sortes de bradages. Ainsi, la Grotte des Ours a connu des actes de vandalisme ces dernières semaines, rapportés par le club de spéléologie de Constantine, dont les images se passent de tout commentaire.
Actuellement, la grotte a été complètement souillée, avec des tas d’ordures et de détritus jonchant les lieux. La nuit, le lieu devient une beuverie. Une situation qui renseigne sur le peu de considération affiché pour des lieux qui attiraient autrefois de nombreux touristes, mais cela fait désormais partie de l’histoire. A propos d’histoire, la grotte des Ours, située dans le rocher de Sidi M’cid, surplombant la voie ferrée menant vers Skikda, parallèlement à la route de la Corniche, est classée parmi les merveilles naturelles de la ville du Vieux Rocher.  Le site avait fait l’objet de recherches et de fouilles, effectuées durant l’époque coloniale, et dont les résultats avaient été publiés dans la célèbre Revue africaine.
On avait établi à l’époque que la grotte avait été habitée par l’homme de Néanderthal qui vivait dans la région vers 45 000 avant J.-C. Pour rappel, cette grotte figurait sur le parcours du chemin tracé par les guides montagnards durant l’époque coloniale, où plusieurs sites naturels préhistoriques étaient visités par de nombreux touristes étrangers. Une activité qui s’est poursuivie après l’indépendance et a cessé pendant la décennie du terrorisme.  
Arslan Selmane
http://www.elwatan.com/images/2016/01/26/sans-titre-1_2611717_465x348.jpg

Dégradation de la place Kerkeri

Des milliards dépensés pour rien

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte
le 27.01.16 | 10h00 Réagissez
 
 La place, réhabilitée il y a sept ans, est exploitée comme parking
La place, réhabilitée il y a sept ans, est exploitée...

La dégradation a atteint son point culminant à la place Frères Kerkeri. Depuis plusieurs mois déjà, l’artère principale qui traverse les lieux est devenue impraticable. L’image des pavés déformés est choquante.

Tous les espaces de ce lieu ont été transformés en parkings, alors que les locaux censés apporter un plus au quartier sont dans un état désolant. Pour les habitants de la place des Frères Kerkeri, la réhabilitation de ce site, qui devait être un lieu de détente et de loisirs pour les riverains et même pour les résidents des quartiers environnants, n’a pas donné les résultats escomptés. Sept ans après, cela donne l’impression d’un véritable gâchis.
En somme, il s’agit d’un budget de 29 milliards de centimes dépensé pour rien. «Nous avions attendu beaucoup de cette opération, car nous avions l’espoir que cette place retrouve son lustre d’antan, avant la dégradation qui l’a affectée lorsqu’elle a été transformée en station de bus, mais voilà que sept ans après, l’on se retrouve dans un quartier où règne l’insécurité», déplore un habitant. Le premier fait que les riverains dénoncent est la transformation de la place en parking. Faute d’entretien, les saletés ont envahi les lieux. Les espaces aménagés pour accueillir diverses activités culturelles, dont le petit théâtre de plein air, sont laissés à l’abandon.
La petite fontaine réalisée juste à l’entrée des lieux, est désormais à sec, alors que des mains «sauvages» ont enlevé une bonne partie de la faïence. En face, un local devant servir de restaurant ou de cafeteria est dans un état lamentable. Selon les riverains, il a été transformé en lieu de débauche et de rencontres nocturnes pour des consommateurs de drogue et de boissons alcoolisées, au vu et au su de tout le monde. Les membres de l’association de quartier affirment qu’ils ont attiré à maintes reprises les autorités sur la nécessité de fixer des conditions rigoureuses pour la gestion de ces locaux.
«Nous pensons qu’il serait inconcevable que les infrastructures réalisés sur le site de la place Kerkeri soient cédées à des commerçants inaptes à gérer et exploiter convenablement cet espace, qui doit offrir à ses visiteurs les conditions les plus optimales et des services irréprochables dans un cadre sécurisé», lit-on dans une lettre adressée par l’association aux autorités de la wilaya, mais qui restera sans écho.
La même association avait même proposé «de céder la totalité de ces infrastructures à une seule entreprise ou société qui sera appelée à garantir, offrir et répondre à toutes ces exigences». Pour rappel, le projet de réhabilitation de la place Kerkeri avait été lancé en 2006. Il sera réceptionné en 2009, pour un coût de 29 milliards de centimes. Un projet qui n’aura servi à rien.
Arslan Selmane


http://www.elwatan.com/images/2016/01/26/sans-titre-1_2611718.jpg


Un seul ticket pour prendre le métro et le tramway à Alger

20:39  jeudi 28 janvier 2016 | Par Ali Idir | Actualité 
Les Algérois pourront bientôt prendre le métro et le tramway avec un seul ticket. L’Entreprise du métro d’Alger (EMA) a en effet confié au groupe français Thales le projet de « réaliser l’interopérabilité entre le métro et le tramway d’Alger. » Selon un communiqué de Thales publié ce jeudi 28 janvier, « les usagers pourront utiliser un seul et même ticket entre le métro et le tramway ce qui va améliorer la fluidité dans ces transports. »
« La solution technique consiste à créer des structures de données communes sur les tickets magnétiques et les cartes sans contact pour permettre aux équipements billettiques en place de traiter les informations contenues sur le support et donc à l’usager de n’avoir qu’un seul titre de transport. L’objectif est de réduire progressivement la congestion du trafic routier de la ville », explique Thales.
Présent en Algérie depuis 2004, le leader mondial des hautes technologies pour les marchés de l’Aérospatial, du Transport, de la Défense et de la Sécurité réaffirme « sa volonté de poursuivre son partenariat avec l’Entreprise du Métro d’Alger (EMA) et de s’investir dans les projets de modernisation des différents réseaux de transport en Algérie, en renforçant sa présence locale. »

Louiza Hamadi . Pianiste

En tête de «Liszt»

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte
le 27.01.16 | 10h00 Réagissez

Louiza Hamadi est une jeune pianiste algéro-russe de 28 ans, qui jouera ce soir au TNA, sous la direction du maestro Volodymyr Sheiko, le concerto n°1 en mi bémol majeur pour piano et orchestre de Franz Liszt.
Entretien réalisé par K. Smail


La musique classique, vous y êtes tombée, très tôt…
Ma mère, russe, est pianiste. Mon père, algérien, est aussi musicien. Depuis que j’étais toute petite, j’écoutais de la musique tout le temps. J’ai baigné dans un univers musical. Alors que ma mère était enceinte de moi, elle donnait beaucoup de concerts, ici, à Alger. C’est sûr, j’écoutais ce qu’elle jouait quand j’étais dans son ventre (rires).
Vous baignez dans plusieurs cultures… Une richesse ?
Je suis née à Alger. Dans les années 1990, mes parents ont quitté l’Algérie pour vivre en Espagne. J’avais quatre ans. Oui, je baigne dans les cultures algérienne, russe et espagnole. Je vis et suis établie en Espagne.
Qu’est-ce qu’on joue quand on a quatre ans ?
Ma mère avait de nombreux ouvrages d’apprentissage au piano. Ceux de la fameuse école russe. A travers une méthode ayant recours aux accessoires. Des petites pièces à jouer pour les enfants. Des comptines. Donc, j’ai commencé par-là.
Un apprentissage forcément classique…
Ah oui ! Tout le temps. J’aime beaucoup la musique classique russe. Tchaïkovsky, Rachmaninov… Et aussi, le romantique classique. Beethoven, Mozart…
On change de registre avec l’adolescence ?
Non, je n’ai pas changé. J’ai seulement beaucoup appris. De plus en plus appris. A 16 ou 20 ans, j’ai étudié avec des professeurs, musiciens et chefs d’orchestre russes. Toujours avec des Russes à Madrid (Espagne).
Une jeune fille comme vous n’est pas tentée par l’univers ambiant du R’n’B, pop, rock, electronica…
Non, pas beaucoup. J’aime le jazz, la musique de quelques groupes espagnols. Mais j’aime beaucoup plus la musique classique. Pour moi, c’est la musique m’incarnant le mieux. L’electronica, comme musique d’ambiance, oui. Mais pas pour aller vraiment écouter. Non ! A la maison, chez moi, je n’écoute pas la musique techno. Sinon, j’aime aussi les voix de femmes du jazz.
Et la musique algérienne…
J’aime beaucoup. Je ne retiens pas bien les noms. Mais j’adore écouter la musique algérienne. La musique algéroise, la kabyle que j’ai écoutée à Azeffoun. C’est très spécial. Je voudrais connaître davantage la musique algérienne. Et l’écouter à la maison, à Madrid.
Et votre répertoire classique…
J’ai déjà joué plusieurs fois en Algérie. A Alger et Tizi Ouzou. Et pour Constantine, ce sera la première fois pour moi. Du Rachmaninov, le 2e concerto. Tchaïkovsky, aussi. En Chine, j’ai joué du Mozart sous la direction de l’Orchestre symphonique national (OSN). J’aime retrouver d’autres publics et places en Algérie. Et je remercie l’OSN de me donner cette chance.
En tant que musicienne, réalisez-vous votre propre musique ?
Le mois d’août 2016, je sortirai un album avec un contrebassiste. Le CD sera distribué en Espagne et en Europe.
C’est toujours de la musique classique…
Oui, il y a du Giovanni Bottesini. Du tango,  Astor Piazzolla. De la musique espagnole avec Falla. Mais avec une conception classique et une certaine liberté. Je pense que cet album est très bon, sans prétention. Je pense l’éditer en Algérie, s’il existe une opportunité.
Peut-être mettre à contribution des instrumentistes et artistes algériens dans vos futurs projets…
Oui, cela me tente. Je peux jouer et m’essayer à d’autres styles issus du patrimoine musical algérien. Oui ! Toujours en jouant et suivant la partition. Mais je peux aussi improviser (rire).
Aujourd’hui, c’est votre anniversaire. Alors que de belles et bonnes choses…
Merci infiniment. Cela me touche. Et puis jouer à Alger, en Algérie, le jour de mon anniversaire, c’est mon plus beau cadeau.

K. Smail

Ahmed Ouyahia : l’Algérie pourrait s’endetter pour certains projets

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte
le 29.01.16 | 10h00 Réagissez

Ahmed Ouyahia, secrétaire général du RND, a laissé entendre que l’Algérie pourrait être appelée à recourir à l’endettement extérieur pour deux ou trois projets stratégiques uniquement.

Dans son allocution lors de la 5e session ordinaire du conseil national du RND, il dit aussi que l’Algérie dispose de plusieurs atouts pour faire face à la crise provoquée par l’effondrement des prix des hydrocarbures. Tout en affichant son inquiétude de la situation actuelle du pays, il affirme qu’elle «doit surtout nous encourager à l’action car l’Algérie dispose de plusieurs atouts pour préserver sa politique de justice sociale et pour rebondir économiquement en mieux de cette crise».
Pour M. Ouyahia, l’Algérie «pourra préserver sa politique de justice sociale tant qu’elle conservera son indépendance de décision en matière économique et sociale (...). Une indépendance préservée grâce à la politique de désendettement extérieur mise en place par le président Bouteflika».
«Il nous reste donc à réhabiliter le travail et à promouvoir la compétitivité.» Il revient aussi sur la question de la place réservée par le projet de la nouvelle Constitution à la communauté algérienne établie à l’étranger en expliquant que l’article 51 complété «vise simplement à garantir à l’Algérie que ceux qui voudraient la servir ou la représenter à de très hauts niveaux de responsabilité, n’aient de loyauté qu’envers elle et soient dégagés de tout lien avec une puissance étrangère quelle qu’elle soit». «Quel crime y aurait-il à cela ?
Quelle atteinte y aurait-il là aux droits de nos compatriotes possédant une autre nationalité ? Combien d’Algériens binationaux aspirent à être ministres, walis, ambassadeurs en Algérie ? 5000 ? 10 000 ?» s’est-il interrogé. «Et même pour ceux-là, il s’agirait tout simplement de renoncer à la nationalité étrangère pour assumer de hautes responsabilités au service de l’Algérie», a ajouté M. Ouyahia, qui a exprimé son souhait de voir la communauté nationale à l’étranger devenir une «force» qui sert les intérêts de l’Algérie

APS

http://www.elwatan.com/pdf/vignettes/WEEKEND/2016/20160129.jpg

Ahmed Ouyahia : l’Algérie pourrait s’endetter pour certains projets

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte
le 29.01.16 | 10h00 Réagissez

Ahmed Ouyahia, secrétaire général du RND, a laissé entendre que l’Algérie pourrait être appelée à recourir à l’endettement extérieur pour deux ou trois projets stratégiques uniquement.

Dans son allocution lors de la 5e session ordinaire du conseil national du RND, il dit aussi que l’Algérie dispose de plusieurs atouts pour faire face à la crise provoquée par l’effondrement des prix des hydrocarbures. Tout en affichant son inquiétude de la situation actuelle du pays, il affirme qu’elle «doit surtout nous encourager à l’action car l’Algérie dispose de plusieurs atouts pour préserver sa politique de justice sociale et pour rebondir économiquement en mieux de cette crise».
Pour M. Ouyahia, l’Algérie «pourra préserver sa politique de justice sociale tant qu’elle conservera son indépendance de décision en matière économique et sociale (...). Une indépendance préservée grâce à la politique de désendettement extérieur mise en place par le président Bouteflika».
«Il nous reste donc à réhabiliter le travail et à promouvoir la compétitivité.» Il revient aussi sur la question de la place réservée par le projet de la nouvelle Constitution à la communauté algérienne établie à l’étranger en expliquant que l’article 51 complété «vise simplement à garantir à l’Algérie que ceux qui voudraient la servir ou la représenter à de très hauts niveaux de responsabilité, n’aient de loyauté qu’envers elle et soient dégagés de tout lien avec une puissance étrangère quelle qu’elle soit». «Quel crime y aurait-il à cela ?
Quelle atteinte y aurait-il là aux droits de nos compatriotes possédant une autre nationalité ? Combien d’Algériens binationaux aspirent à être ministres, walis, ambassadeurs en Algérie ? 5000 ? 10 000 ?» s’est-il interrogé. «Et même pour ceux-là, il s’agirait tout simplement de renoncer à la nationalité étrangère pour assumer de hautes responsabilités au service de l’Algérie», a ajouté M. Ouyahia, qui a exprimé son souhait de voir la communauté nationale à l’étranger devenir une «force» qui sert les intérêts de l’Algérie

APS



http://www.huffpostmaghreb.com/mohamed-saadoune/au-cimetiere-de-zeralda-k_b_8305442.html

LES BLOGS Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Au cimetière de Zéralda, Kamel Bourahla travaille et rend la vie plus vivable...

Publication: Mis à jour:
KAMEL BOURAHLA
Imprimer
Il est en Algérie des hommes et des femmes qui font leur travail avec beaucoup de conscience et d'abnégation. Ils sont, dans le silence, ceux qui permettent aux choses de fonctionner en Algérie et qui maintiennent vivant le sens du bien commun.
On n'en parle pas souvent dans la presse au nom de la règle qui veut qu'un "train qui arrive à l'heure, n'est pas une information". Et pourtant, tous ces hommes et ces femmes qui font que les trains arrivent à l'heure mériteraient qu'on en parle.
Combien sont-ils, on ne le sait pas, mais on sent bien qu'ils sont là, à contre-courant du pathos dominant, avec dans la tête l'impératif qu'ils doivent faire leur travail au mieux même si rien ne semble aller.
Ce sont eux qui permettent, malgré une bureaucratie maladive, une déconsidération généralisée de la valeur du travail, au pays de continuer à fonctionner.
Ces femmes et ces hommes peu visibles dans les médias ont une présence insoupçonnable dans nos vies. Ils font marcher les choses qui en général ont tendance à ne pas marcher.
Ils nous donnent des raisons de ne pas désespérer, de ne pas abandonner. Ils allègent le fardeau d'un quotidien dur. Ils rendent notre vie plus légère et nous permettent d'avoir le temps d'apprécier un pan de ciel bleu ou "un arbre qui roucoule.."
Un post de Fatiha Boudoukha sur Facebook nous donne à voir, dans une image souriante et au milieu du cadre paisible du cimetière du village de Zéralda, un de ces hommes qui nous rendent la vie plus légère. Il s'agit de Kamel Bourahla, employé au cimetière communal du village. Lisons ce que ce Fatiha dit de cet homme travailleur, affable et souriant.
cimetière de zéralda
"Pendant que nos villes souffrent des conséquences de l'inconscience collective, des hommes conscients œuvrent pour le bien de la communauté comme Monsieur Kamel Bourahla qui a su soulager la peine de tous ceux qui ont perdu un être cher en faisant un travail titanesque au cimetière de Zéralda.
Il a placé des robinets avec seaux d'eau. Dernière action, il a mis à la disposition des visiteurs des tabourets sans oublier le désherbage et l'entretien des tombes de pierres à la chaux.
zéralda
Durant la bourrasque d'avant hier (mardi) un arbre est tombé sur cinq tombes. Kamel n'a pas hésité à faire appel à un ami pour découper l'arbre et dégager les tombes qui fort heureusement n'ont pas subi de dégâts.
Une dame a constaté qu'il manquait de l'ombre devant la tombe de son père. Kamel lui a raconté l'histoire de l'arbre. Il lui a évité un spectacle désolant et choquant".
Voilà, c'est une information sur un homme qui permet au train d'arriver à l'heure.... Merci à Fatiha de nous rappeler ce que devons à Kamel Bourahla et à tous ceux qui, comme lui, travaillent sans compter. Avec un formidable sourire en plus.



BOBIGNY (93) : cimetière musulman

visité en novembre 2006
vendredi 20 juillet 2012
par  Philippe Landru

JPEG - 20.1 ko Le cimetière musulman de Bobigny ne ressemble à nul autre dans l’hexagone. Sous le soleil de novembre, ses stèles souvent abandonnées lui donnent un petit air de cimetière anglais. La tristesse doit être beaucoup plus grande les jours de pluie...
JPEG - 32.4 ko
Unique cimetière de ce type en France, il témoigne à bien des égards de la longue relation entre la métropole et ses anciennes colonies. Son histoire mérite d’être comptée.

historique du cimetière


Pendant très longtemps, le sort des musulmans morts en France ne donna lieu à aucune réflexion : la plupart des familles renvoyait le corps au pays. D’abord, ils n’étaient pas si nombreux dans l’hexagone [1]. De plus, l’inhumation traditionnelle impliquait des obligations peu aisées à respecter dans les cimetières (tombe orientée vers la Mecque, enterrement sans cerceuil mais dans un linceul...). En outre, la loi de 1881 interdisait les cimetières confessionnels (elle avait fait fermer les cimetières juifs qui lui étaient antérieurs, tranformant ceux-ci en divisions supplémentaires des nécropoles existantes : 7ème division du Père-Lachaise, 3ème du cimetière Montmartre, 25ème et 30ème de Montparnasse...). Le cimetière musulman que l’on avait envisagé sous le Second empire au Père-Lachaise (88ème division) avait été un fiasco.
La situation évolua avec la Première Guerre mondiale : un grand nombre de Musulmans vinrent mourir en métropole. En outre, une immigration, kabyle pour l’essentiel, commença a affluer. A cette époque, l’Islam ne faisait pas peur (il est vrai que ses franges radicales étaient moins médiatisées, et sans doute moins actives). Au contraire, l’Empire français se posait, avec ses 100 millions d’habitants, en puissance musulmane. C’est dans les années 30, alors que l’on célébrait le centenaire de la conquête de l’Algérie, que furent inaugurés tour à tour la mosquée de Paris, l’hôpital Avicenne et le cimetière musulman qui en dépendait.
La mosquée de Paris, inaugurée en 1926 par le président de la République et le sultan du Maroc, avait été désignée comme un témoignage de la gratitude aux soldats musulmans venus se battre en France. Durant ces années, les marques d’attachement entre la France et le Maghreb furent nombreuses des deux cotés de la Méditerranée, donnant lieu à des manifestations d’envergures, telle la célébration du centenaire de la conquête de l’Algérie. Ce bel apparat dissimulait mal que les Algériens n’étaient que des citoyens de second rang, des « demi français » qui venaient à l’époque s’entasser dans les bidonvilles de la banlieue parisienne.
L’hôpital franco-musulman de Bobigny (aujourd’hui hôpital Avicenne) ouvrit ses portes en 1935. Il avait une fonction sociale mais également policière, destiné à secourir et à surveiller ces nouveaux immigrés. C’est en annexe de cet hôpital que fut ouvert, en 1937, le cimetière musulman situé à deux kilomètres.
Son inauguration fut très modeste : elle se fit en présence du résident général de JPEG - 35.9 ko France à Tunis, d’un délégué du préfet de la Seine et du maire de Bobigny. Le contexte était agité par la question de l’octroi de la citoyenneté française aux Algériens (projet Blum/Violette). Pour contourner la loi de 1881, le cimetière fut de statut privé et gêré par l’hôpital franco-musulman. Le terrain choisit fut une friche sur le lieu-dit de « la Haute Borne ». Il fut prévu assez grand, la tradition musulmane ne permettant la reprise des fosses qu’à partir du moment où les corps aient totalement disparus.
L’immigration de l’après-guerre fut d’autant plus importante que grâce aux progrès médicaux, on mourrait moins. Si les premières sépultures témoignent du jeune âge des défunts (des hommes de moins de 50 ans pour la plupart, sans compter les tombes d’enfants qui venaient d’arriver), on remarque une augmentation très nette de la durée de vie au fil des années.
En 1997, le cimetière musulman abandonna son statut privé et fut cédé aux quatre communes d’Aubervilliers, de Bobigny, de Drancy et de la Courneuve, dont il constitua désormais une « extension » extra-communale. Depuis cette reprise, de nouveaux espaces ont été aménagé et les nouvelles parcelles sont davantage rationnalisées et entretenues.
La plus grande diversité des origines des défunts témoignent aujourd’hui de l’histoire de l’immigration en France. La donne a changé depuis 1937. Comme l’écrit Marie Ange d’Adler « Ceux qui sont restés en France ont eu des enfants. Nés sur le sol français, ils ont la nationalité française, ils savent qu’ils resteront en France. Beaucoup d’entre-eux veulent ensevelir leurs parents près de l’endroit où ils vivent...L’intégration des Français issus de l’immigration ne passe pas seulement par l’école, le bulletin de vote, le travail. Ensevelir ses parents dans le pays où l’on vit, cest affirmer qu’on y a pris racine ».
Aujourd’hui, un très grand nombre de cimetières de la métropole possèdent des « carrés » musulmans. Nombreuses également sont les ouvertures de sociétés de pompes-funèbres spécialisées dans les inhumations selon le rite musulman.
JPEG - 32.9 ko Cette histoire est visible dans le cimetière. Passé le haut porche d’inspiration mauresque, on découvre ce vaste espace vert. Sur la gauche, la partie la plus ancienne, des stèles émergent ça et là, de manière assez diffuses. Pour la plupart, des hommes venus d’Algérie. Sur la droite, les divisions les plus neuves. Des tombeaux plus en harmonie avec les modes funéraires européennes, y compris dans ce qu’il peut avoir comme mauvais goût, y ont vu le jour. Régulièrement pourtant, des plaques indiquent la présence de défunts d’origines modestes, immigrants d’Afrique noire pour l’essentiel.
JPEG - 31.1 ko JPEG - 24 ko JPEG - 41.4 ko

Curiosités


- une salle de prière fut créée en même temps que le cimetière. Après la cession du cimetière au syndicat intercommunal, elle est restée propriété de l’Assistance publique. Son dôme est désormais doré. JPEG - 22.1 ko
- A l’occasion de la sortie du film Indigènes, où notre société amnésique semblait JPEG - 19.5 ko découvrir la participation des soldats africains au sein de ses anciennes armées, il est à noter qu’une partie du cimetière est réservée aux tombes de soixante d’entre-eux tombés pour la France. Bien peu par rapport au nombre total de victimes. Un drapeau français ombrage des stèles dont certaines sont presque effacées.
Marie-Ange d’Adler s’est efforcée dans son ouvrage de retracer le parcours de certains d’entre-eux.
- plusieurs tombes appartiennent à des « notables » (quelques princes et princesses, des lettrés ou des figures de la lutte contre le colonialisme...). Il est peu aisé de trouver des informations sur eux. Les stèles possèdent généralement double inscription, en arabe et en français. Certaines d’entre-elles proposent des caligraphies soignées. JPEG - 36.6 ko JPEG - 38 ko
- un des aspects qui frappe à la visite du cimetière est la Surreprésentation des hommes, témoignant de cette immigration essentiellement masculine qui précéda le regroupement familial.
- sur de nombreuses tombes sont posées de petites coupes d’eau. Il s’agit d’une coutume ancienne, antérieure à l’Islam, qui rappelle les libations antiques auprès des tombeaux.
- Si le Maghreb constitue la région d’origine de l’essentiel des défunts, les musulmans d’Afrique noire ou d’Asie sont de plus en plus représentés. La visite du cimetière offre un tour du monde des communautés musulmanes, majoritaires ou non dans leur pays d’origine : des Malgaches aux Indonésiens, des Turcs aux Tanzaniens...

les célébrités : les incontournables...


- princesse Selma (1916-1942). Plusieurs millions de lecteurs dans le monde JPEG - 12.8 ko connaissent l’étonnant destin de cette femme, raconté par sa fille, Kenizé Mourad, dans son célèbre roman traduit dans une vingtaine de langues, De la part de la princesse morte. Née princesse Ottomane, petite-fille par sa mère du sultan et calife Mourad V déposé en 1876 par son frère Abdul-Hamid II, cette jeune fille élevée dans les cages dorées que représentaient les harems impériaux d’Istambul connut tour à tour l’exil au Liban, le mariage avec un raja indien et les derniers jours de l’empire britannique, puis la misère de Paris sous l’occupation où elle mourut jeune d’une septicémie. L’oeuvre, évidemment romancée, est un bon témoignage des bouleversements que connut le monde durant ses années séparant les deux guerres, le destin de Selma, malgré elle, étant de voir disparaître les uns après les autres les empires dans lesquelles elle vivait. Il est à noter que pour une raison inconnue (sans doute pour expliquer le début du roman), Selma ne vécut pas de 1911 à 1941 (comme il est dit dans le roman) mais de 1916 à 1942 (du moins sont-ce les dates inscrites sur sa tombe). Sa sépulture fut sans aucun doute refaite par sa fille, qui décrit à la fin de son roman les obsèques de sa mère au cimetière de Bobigny. JPEG - 23.6 ko
On retrouve également dans ce cimetière l’un des cousins de Selma, à savoir le prince Ahmed Noureddin (1900-1945), fils du sultan Abdülhamid II. Je n’ai pas encore réussi à l’identifier avec certitude (Je suppose qu’il s’agit de Şehzade Ahmed Nureddin Efendi (1901-1944). JPEG - 31.9 ko

... mais aussi


- un Kabyle de Constantine venu en France pour s’engager dans l’armée, Mohamed Adjani (1923-1983), père d’une certaine Isabelle, clin d’oeil pour rappeler les origines de l’une de nos plus grandes stars. Je ne l’ai pas retrouvé lors de ma dernière visite : cela confirmerait peut-être qu’Isabelle Adjani a rassemblé ses parents au Père Lachaise...
JPEG - 38.2 ko
- Akber Aga Cheikh Ul-Islam (1891-1961) : ministre des Affaires Etrangères de l’Azerbaïdjan, qui représentait son pays lors de la conférence de paix de Versailles de 1919. JPEG - 30.2 ko
- Boughera El Ouafi (1899-1959) : originaire du Constantinois, il est remarqué BMP - 103.8 ko pour ses qualités sportives et est retenu pour participer aux Jeux Olympiques de Paris de 1924, où il obtient une honorable septième place. Travaillant comme manoeuvre chez Renault, il poursuit son entrainement et remporte la médaille d’or d’athlétisme aux Jeux Olympiques d’Amsterdam de 1928. Mal conseillé, la suite de sa carrière est une lente déchéance : après avoir participé à des exhibitions dans un cirque aux Etats-Unis, il revient en France et achète dans les années 30 un café près de la gare d’Austerlitz, mais l’affaire capote. Il réapparaît sur la scène publique à la faveur de la victoire de son compatriote, Alain Mimoun, aux JO de Melbourne de 1956 : il n’est plus que l’ombre de lui-même. Il meurt dans des circonstances étranges, frappé d’une balle lors d’une rixe. JPEG - 37.3 ko
On complétera cet article par cet intéressant article de mars 2014 : Bobigny (93) : L’état déplorable des tombes ottomanes en France

Cet article s’est grandement inspiré du très intéressant ouvrage dédié à ce cimetière : ADLER Marie-Ange, Le cimetière musulman de Bobigny - Lieu de mémoire d’un siècle d’immigration, Ed. Autrement, 2005.

 http://www.landrucimetieres.fr/spip/spip.php?article363

10 raisons de s’inscrire sur la cartographie culturelle

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte
le 29.01.16 | 10h00 Réagissez
 
 La cartographie culturelle permettra de localiser un théâtre, une galerie ou une librairie en un clic
La cartographie culturelle permettra de localiser un...

Après avoir constaté qu’il n’existait pas d’outils simples d’accès aux institutions culturelles en Algérie, le Groupe de travail sur la politique culturelle en Algérie (GTPCA) lance un appel pour inscrire les établissements publics et privés dans un projet de cartographie géoculturelle.

- Potentiel. L’appel lancé sur les réseaux sociaux et les médias par le GTPCA est d’abord un projet culturel qui vise les établissements publics et privés. L’usage de la cartographie culturelle offre au public une visibilité des lieux et du patrimoine culturel. Et aux acteurs du secteur la possibilité de mettre en évidence un potentiel régulièrement ignoré dans la perspective du développement. De ce fait, la carte culturelle est un outil précieux pour identifier les ressources et les points forts d’une commune ou d’une wilaya.
Cette méthode, déjà expérimentée à l’étranger, permet d’aiguiller les efforts des communes, principalement lorsqu’elles se lancent dans la planification et la mise en œuvre d’un événement, par exemple un festival. La carte permet d’identifier les lieux, les liens et les ressources que peuvent parfois avoir les communes entre elles et offrir une vision des projets communs qui peuvent s’initier à long terme. Le contenu de la carte culturelle est sous forme d’un inventaire polyvalent qui informe rapidement.
- Compétence. La carte géoculturelle est une initiative stratégique qui vise les lieux et les acteurs locaux, en les intégrant dans le même espace numérique. La deuxième phase de la stratégie s’appuie sur le recensement de la compétence des artistes avec lesquels le travail de la carte s’étend au-delà de l’univers 2.0. C’est-à-dire que l’outil numérique devient un vecteur pour la médiation culturelle. La carte contient une mine de renseignements, elle permet de recueillir une foule de données qui pourront ensuite être triées, organisées et référencées. Sa forme va se prêter à diverses lectures. Une représentation graphique claire et informative, puis une configuration plus détaillée spécifique au Web, accompagnée de liens afin de donner l’adresse du lieu, sa géolocalisation, son descriptif et sa classification entre lieu d’activités culturelles, site, maison d’édition, centre culturel, etc.
- Base de données. Parfois isolées, certaines wilayas peinent à communiquer sur leurs activités culturelles. Les établissements publics et privés se contentent d’un public local, ce qui renferme davantage les communautés sur elles-mêmes et ne diversifie pas assez les échanges entre wilayas. L’interactivité et les infos pratiques de la carte culturelle accompagnent les différences culturelles et sociales et accentuent leurs particularités pour mieux les représenter sur l’ensemble du territoire national.
Les directions culturelles dans les wilayas semblent, depuis des années, figées dans un mode de communication qui n’a pas eu un impact décisif. Donc, la carte permettra de dépoussiérer, d’actualiser et d’installer une importante base de données, qui sera mise à la disposition de tout le monde. Il est important de voir dans ce projet de carte culturelle participatif une manière de conscientiser le citoyen à l’existence et à l’importance des ressources culturelles et de se les réapproprier. Cette base de données exhaustive donne des repères, notamment l’emplacement, l’accès, la fréquence d’utilisation et les utilisateurs, ainsi que les disciplines.
- Promotion. Le fait de fournir des renseignements précis sur votre établissement et activité permet de valoriser le processus de la promotion culturelle dans votre commune ou ville. Ces informations, actualisées et détaillés, donnent la possibilité à d’autres secteurs de s’intéresser à votre ville, par exemple aux groupes touristiques, aussi pour les administrations locales, afin d’identifier et de diversifier davantage leur catalogue culturel. La carte culturelle a une volonté de valorisation des talents locaux, qui se traduit par la mise en réseau des collègues du même domaine ou connexe, afin d’intensifier l’activité et faciliter la mobilité des artistes. Par exemple, savoir qu’il existe un studio d’enregistrement à Djanet permet à des musiciens du Sud de s’y rendre sans forcément amputer le budget de l’album dans des billets d’avion pour Alger.
- Communauté. La carte culturelle joue également un rôle important dans l’identification des ressources culturelles des populations moins intégrées à la société. Ceci concerne beaucoup plus les populations du Sud qui sont souvent marginalisées. Le GTPCA assure que cet outil culturel permettra la participation active de toutes les communautés de notre pays, évitera l’isolement et fera naître un sentiment d’influence sur la culture globale du pays.
- Etat des lieux. La carte géoculturelle accédera aux édifices patrimoniaux à vocation culturelle et apportera une meilleure connaissance de son potentiel. Ceci donnera la possibilité aux pouvoirs publics de mieux réfléchir à l’offre culturelle et touristique. Le fait de prendre connaissance de ce patrimoine et de le répertorier donne aux citoyens la possibilité de valoriser leur ville.
- Réseau. Un autre avantage de la cartographie est qu’elle permet aux acteurs culturels d’éviter une perspective en vase clos et d’adopter une vision globale des liens qui recoupent divers domaines et les constituent en réseaux informels. Elle peut également servir d’outil d’analyse et d’introspection. Créer un réseau d’acteurs et d’opérateurs culturels donne une visibilité sur l’utilisation de la carte, de son usage dans les groupes culturels, et de la manière dont ils vont communiquer entre eux. Ceci fournira des ressources précises pour les universitaires désireux de faire des recherches dans le domaine.
Evaluation. Si la cartographie donne des détails sur la localisation et des informations sur l’activité culturelle dans les wilayas, elle permet également de mieux connaître les populations et leurs pratiques culturelles. C’est une solution adéquate pour répondre à leurs besoins immédiats.
- Région. Avec tout le potentiel qu’offre ce projet de cartographie culturelle, il existe également un impact sur les dirigeants locaux. En effet, la carte une fois numérisée offre un outil comparatif entre les régions. Les wilayas ne disposent pas des mêmes ressources ni de la même activité culturelle, les responsables locaux pourront s’appuyer sur la carte pour étudier les éléments qui renforcent leurs performances.
- Engagement. Le GTPCA (Groupe de travail sur la politique culturelle en Algérie) aborde une démarche unique en son genre. En élaborant ce dispositif, l’appel du groupe renforce l’engagement de tous pour encourager la reconnaissance de la diversité culturelle. Le fait que ce projet compte essentiellement sur l’engagement participatif, ça implique une attention particulière au déroulement de cette opération qui s’étendra sur deux années de collecte et d’actualisation des informations. Ce processus cartographique cernera l’impact sur la société et renforcera l’organisation des régions.

ليست هناك تعليقات: