الثلاثاء، مايو 19

الاخبار العاجلة لاكتشاف الجزائريين ظاهرة الانفصام السياسي لقرارات بوتفليقة واوساط سياسية تعتقد ان الرئيس الافتراضي عبد المالك سلال اضحي يوقع المراسيم باسم بوتفليقة والجزائرييون يعيشون ماسي سياسية بسبب الغرور السياسي للزعيم كوهين سلال بحجة الوصية الخالدة للرئيس المتقاعد بوتفليقة بتعيين عبد المالك ابن قسنطينة وحفيد القبائل رئيسا للجمهورية الجزائرية عبر وثيقة تنازل جماعة تلمسان على ابواب حديرة لجماعة قسنطينة الامازيغية وشر البية مايبكي



اخر خبر
الاخبار  العاجلة   لاكتشاف الجزائريين ظاهرة الانفصام  السياسي  لقرارات  بوتفليقة واوساط سياسية تعتقد ان  الرئيس  الافتراضي عبد المالك سلال اضحي يوقع   المراسيم باسم بوتفليقة والجزائرييون يعيشون ماسي  سياسية بسبب  الغرور  السياسي  للزعيم كوهين سلال بحجة الوصية  الخالدة للرئيس المتقاعد بوتفليقة بتعيين  عبد المالك   ابن قسنطينة وحفيد  القبائل   رئيسا للجمهورية  الجزائرية عبر  وثيقة   تنازل   جماعة  تلمسان  على ابواب  حديرة  لجماعة قسنطينة الامازيغية وشر البية مايبكي





video





'envers Du miroir


video










http://www.algerie-focus.com/blog/2014/05/nadia-labidi-cherabi-une-cineaste-a-la-culture/




Par   | mai 6, 2014 2:11
nadia cherabi


À 59 ans, la réalisatrice de « L’envers du miroir » vient de rejoindre la sphère politique algérienne après avoir été nommée par Abdelaziz Bouteflika Ministre de la Culture. Elle succède ainsi à  Khalida Toumi qui a dirigé ce département pendant plus de 12 ans.
Nadia Labidi-Cherabi est née le 18 juillet 1954 à Alger. Après des études de sociologie à l’Université d’Alger, elle poursuit ses études à Paris et obtient en 1987 un doctorat en Arts du Spectacle, option études cinématographiques à la Sorbonne.
De 1978 à 1994, elle travaille parallèlement au département artistique de la Direction de la production du Centre algérien pour l’Art et l’Industrie Cinématographique (CAAIC), elle rédige également une thèse sur le cinéma algérien et se lance temps dans la réalisation de films. En 1994, elle va jusqu’à créer sa propre société « Procom International ». Cette algéroise mariée et mère de deux enfants est également professeur à la Faculté des sciences de l’information et de la communication de l’Université d’Alger III. Cette passionnée de Cinéma y assure un cours sur les films documentaires.
- See more at: http://www.algerie-focus.com/blog/2014/05/nadia-labidi-cherabi-une-cineaste-a-la-culture/#sthash.3IKP4n4T.dpuf

Par   | mai 6, 2014 2:11
nadia cherabi



À 59 ans, la réalisatrice de « L’envers du miroir » vient de rejoindre la sphère politique algérienne après avoir été nommée par Abdelaziz Bouteflika Ministre de la Culture. Elle succède ainsi à  Khalida Toumi qui a dirigé ce département pendant plus de 12 ans.
Nadia Labidi-Cherabi est née le 18 juillet 1954 à Alger. Après des études de sociologie à l’Université d’Alger, elle poursuit ses études à Paris et obtient en 1987 un doctorat en Arts du Spectacle, option études cinématographiques à la Sorbonne.
De 1978 à 1994, elle travaille parallèlement au département artistique de la Direction de la production du Centre algérien pour l’Art et l’Industrie Cinématographique (CAAIC), elle rédige également une thèse sur le cinéma algérien et se lance temps dans la réalisation de films. En 1994, elle va jusqu’à créer sa propre société « Procom International ». Cette algéroise mariée et mère de deux enfants est également professeur à la Faculté des sciences de l’information et de la communication de l’Université d’Alger III. Cette passionnée de Cinéma y assure un cours sur les films documentaires.
- See more at: http://www.algerie-focus.com/blog/2014/05/nadia-labidi-cherabi-une-cineaste-a-la-culture/#sthash.3IKP4n4T.dpuf

Mostaganem Lancement prochain des travaux de la deuxième ligne du tramway 
Les travaux de réalisation de la deuxième ligne du tramway de Mostaganem, s’étendant de l’ancienne gare ferroviaire à la nouvelle gare routière de transport de voyageurs de la cité «5 juillet» sur 2 km, seront lancés au courant de cette semaine, a-t-on appris du responsable du projet.
Ainsi, le boulevard Benyahia Belkacem sera fermé à hauteur de l’ancienne gare ferroviaire jusqu’à la rue Bouzid Kaddour sur 650 mètres comme première étape, pour effectuer le transfert de réseaux (AEP, assainissement, gaz, électricité et télécommunications), a indiqué M. Bourahla Mohamed. Une fois cette étape achevée, c’est au tour du terrassement du tracé et ensuite la pose des rails, a-t-il ajouté.
Une commission multisectorielle (impôts, transport, domaines et société chargée du projet) a été installée pour l’examen des indemnisations des propriétaires de biens expropriés et des commerçants. Des familles seront relogées dès la semaine en cours pour la démolition des bâtisses situées au niveau de la cité Hamou Boutlélis au titre de la première ligne du tramway en cours de concrétisation reliant la localité de Salamandre au pôle universitaire de Kharouba via le centre-ville (12,2 km), selon les services de la daira de Mostaganem. Treize (13) familles de hai (quartier) Gouaiche Charef avaient été relogées et leurs maisons démolies dans le cadre de l’opération d’expropriation. Le tracé du tramway s’étend sur une distance globale de 14,2 km et comprend 24 stations. Il sera doté de 25 rames pour le transport de plus de 8.000 passagers à l’heure et en sens unique.
Les travaux portent sur la réalisation de quatre pôles de correspondance, un poste de maintenance, un bloc technico-administratif et un centre de contrôle.
Ce projet, auquel a été consacrée une enveloppe de plus de 25 milliards de DA, génère 1.000 emplois en phase de réalisation et 500 autres permanents en phase d’exploitation.
Sidi Bel Abbès
Destruction des passeports biométriques non retirés depuis 6 mois

1.000 passeports sont concernés par l’opération
Quelque mille (1.000) passeports biométriques ne sont pas encore retirés par leurs demandeurs, apprend-on du chef de daïra de Sidi Bel Abbès.
Le responsable a indiqué à ce sujet que les documents délivrés en 2014 et 2015 sont toujours en instance alors que leurs demandeurs sont informés de la mise à disposition du passeport par tous les moyens, notamment des SMS, et sont également avisés que les services concernés leur accordent un délai de 6 mois avant de procéder à leur destruction. «Tout passeport non retiré par l’intéressé dans un délai de 6 mois suivant sa mise à disposition par l’autorité auprès de laquelle la demande a été déposée, est détruit», dira le chef de daïra ajoutant qu’après le délai accordé, les postulants au passeport biométrique auront perdu toute chance de se faire délivrer un autre et de plus et à compter de la date du 24 novembre de l’année en cours, aucun citoyen n’est autorisé à voyager avec un passeport ordinaire.
Fatima A.



Après une vingtaine de jours de protestation Les travailleurs du tramway mettent fin à leur grèveLes travailleurs du tramway d’Oran, en grève depuis le 1er mai, ont mis fin lundi à leur mouvement de protestation après l’appel de l’Union de wilaya de l’UGTA à la reprise du travail, a-t-on appris du chargé de communication de la SETRAM. L’UW de l’UGTA a lancé, dimanche, un appel aux travailleurs grévistes de la SETRAM pour reprendre le travail. Une réunion s’est, ensuite, tenue entre les représentants des travailleurs grévistes et les responsables syndicaux de l’UW de l’UGTA. Ces derniers ont donné aux protestataires l’assurance de régler, par le dialogue, les différents problèmes qui les préoccupent, indique-t-on de mêmes sources.
Une Assemblée générale des travailleurs de la SETRAM, qui gère le tramway d’Oran, s’est tenue, dimanche en fin d’après midi, durant laquelle les agents grévistes ont convenu de reprendre le travail à compter de lundi 18 mai. Les grévistes réclament l’application des dispositions relatives à l’octroi des indemnités des heures supplémentaires, une meilleure réorganisation de la gestion et le départ de l’actuel directeur de SETRAM. Ils demandent également plus de sécurité au sein des rames pour les conducteurs et les agents de contrôle, le transport du personnel en milieu de journée et l’abandon des poursuites judiciaires contre les grévistes. La direction de SETRAM avait appelé, en vain, les agents en arrêt de travail à regagner leurs postes de travail, lors d’une assemblée générale tenue le 12 mai dernier en son siège à Oran, avec le secrétariat général de la section syndicale. Un service minimum a été assuré par les conducteurs non grévistes. Le tribunal d’Es-Sénia avait déclaré, le 4 mai dernier, cette grève illégale. Il y a lieu de rappeler que les protestataires qui avaient tenu, avant-hier, un sit-in devant le siège de la direction des Transports, après avoir tenté d’organiser une marche à partir du terminus d’Es-senia. Les grévistes avaient, en effet, prévu, d’organiser une marche à travers la ville avant que les forces de l’ordre ne les en empêchent.
(APS/RL)
Les vignettes auto de 1.000 et 1.500 DA introuvables
Les retardataires pour l’acquisition du document s’inquiètent Les automobilistes oranais qui ont dépassé le délai d’acquisition de la vignette auto obligatoire, dont le prix varie selon la marque et l’âge du véhicule, sont en grogne depuis hier et s’inquiètent après qu’ils aient constaté que le fameux document est inexistant dans les différentes recettes des impôts d’El Bahia. En fait, ils expliquent leur colère par le fait que même s’ils sont disposés à payer la pénalité de 50% qui va avec le prix initial de la vignette, vu le retard qu’ils accusent, cette pièce fiscale est introuvable.
Une situation qui risquerait de leur coûter cher, beaucoup plus cher si jamais ils auront affaire à un barrage de police ou de gendarmerie nationale. Un quinquagénaire rencontré à la recette de Sidi El Houari, déclare non sans pester contre cet état de fait: «Il est vrai que je me suis pris en retard pour acheter la vignette, mais je ne comprends pas cette pénurie.
J’ai fait une erreur, soit, je reconnais et je suis disposé à payer la pénalité qui va avec, mais qu’elle soit disponible au moins! Car ce qu’il faut savoir, c’est que ce n’est pas tous les policiers et les gendarmes en faction dans des barrages autoroutiers qui sont compréhensifs. Je pourrais tomber sur un zélé qui ne voudra rien comprendre et là, il m’assènera un coup dur avec un procès-verbal de pas moins de 4.000 DA, d’un autre PV m’obligeant à acheter la fameuse vignette, inexistante, avec une pénalité de 100% et tout cela assorti d’un retrait des papiers du véhicule. Le hic est que même si je paie le PV, je ne pourrais tout de même pas récupérer mes papiers puisque la vignette se fait rare.
D’où vais-je l’acheter ?» Quant aux données officielles, l’on saura auprès du préposé au guichet de l’une des recettes visitées, «en réalité, la pénurie de vignette ne touche en fait que celles valant 1.000 et 1.500 dinars et que le reste dont les prix sont inférieurs sont bel et bien disponibles». Notre interlocuteur n’hésitera pas par ailleurs à promettre qu’il est probable que les documents convoités soient disponibles à partir d’aujourd’hui mardi, même s’il avoue qu’il ignore s’ils le seront dans toutes les recettes de la ville ou dans l’une d’elle seulement, comme ce fut le cas l’an dernier où, dépassé le délai imparti, seule la recette des impôts de Bir El Djir était habilitée à en vendre aux retardataires.
S. Makhlouf
Le Rubicon est franchi à Sidi Chahmi Des projets laissés à l’abandon et des ordures à profusion Des tonnes d’ordures et des cathéters jetés à proximité de trois 
établissements scolaires et des projets abandonnés pour lesquels des sommes colossales ont été dépensées, telle est la situation à haï Nedjma. En effet avant-hier, lors de notre déplacement à haï Nedjma, nous avons été désagréablement surpris par l’importante quantité d’ordures à proximité de trois établissements scolaire, les écoles Boudadi Ghalem et Nedjma numéro 5, ainsi que le CEM Chaib AEK, comme nous avons été surpris par l’existence de plusieurs cathéters jonchant le sol, ce qui n’écarte pas le risque de contamination des élèves. 
Le boulevard principal de l’agglomération, très mal entretenu, n’échappe pas à l’insalubrité. Les ordures ménagères sont entassées partout sur les trottoirs. Pour ce qui est des projets laissés à l’abandon, il s’agit en premier lieu d’une école dont les travaux ont débuté en 2011 puis laissés à l’abandon depuis bien longtemps. Actuellement, les carcasses des bâtiments de cette école sont livrées à la dégradation, elles ornent hideusement le lieu d’implantation sert de terrain de football pour les enfants du quartier. Un peu plus loin, ce sont deux autres bâtiments implantés l’un en face de l’autre, auxquels il ne leur manque pas grand-chose pour être fonctionnels et rendre service aux habitants de l’agglomération. Il s’agit du bureau de poste dont les travaux de construction sont terminés depuis bien longtemps mais qui demeure fermé pour des bricoles, avons-nous appris et de la maison de jeunes dont les travaux de finition sont également à l’arrêt, est-ce que cette importante agglomération n’a pas besoin de ces structures ? Est-ce que la commune de Sidi Chahmi a lancé ces projets sans identifier leur utilité, ou bien
avait-elle de l’argent en plus ? Il est à noter que les travaux de construction du centre de formation professionnelle sont également à l’arrêt depuis plus d’un an, une structure de grand intérêt pour les jeunes de la commune qui se déplacent dans d’autres communes pour suivre une formation. 
A haï Emir Abdelkader, ce sont aussi les travaux de construction des gradins du stade qui sont laissés à l’abandon, un stade dont le terrain de jeux a reçu le gazon synthétique depuis quelques années mais demeure sans gradins à ce jour. Les travaux de réalisation de ces derniers ont été entamés puis interrompus pour une affaire de fonds, avons-nous appris, ce que nous avons remarqué est que l’assiette de terrain où sont posées les longrines en béton des gradins formant des carrés est envahie par la remontée de l’eau salée, ce qui laisse entendre que si ces dernières demeurent ainsi, elles risquent d’être rongées par le sel. Par ailleurs, concernant l’affaire de l’achat d’effets vestimentaires au profit des travailleurs à des prix jugés
exorbitants par un vice-président qui qualifie ces achats de non réglementaires, lequel a déposé une plainte contre le maire, nous avons appris que ce dernier ainsi que trois autres élus et le contrôleur financier de la commune ont été entendus dimanche par le juge d’instruction comme témoins.
Contacté par téléphone, le plaignant insiste pour dire qu’il ne tolère pas le gaspillage de deniers publics et insiste pour demander ce que devient le registre officiel des délibérations qui, depuis mai 2011, n’a pas été mis à la disposition des élus lors des réunions de délibérations, comme il se demande où est passé le premier registre de la commission des finances.
A.Bekhaitia












http://www.algerie-focus.com/blog/2014/05/nadia-labidi-cherabi-une-cineaste-a-la-culture/


nadia cherabi




http://www.africultures.com/php/index.php?nav=film&no=5799


ONG MÉTRAGE | 2007ENVERS DU MIROIR (L')Nadia Cherabi
www.lenversdumiroir.com
Autre titre : Wara El Mir'at | Mimouna [working title]
Titre anglais : Other Side of the Mirror (The)
Pays Concerné : Algérie
Réalisateur : Nadia Cherabi
Pays du réalisateur : Algérie
Avec : Rachid Farès
Production : ENTV, Procom International
Pays de production : Algérie
Distribution : Procom International
Durée : 105'
Genre : drame
Type : fiction
Format de Distribution (35 mm)
Une nuit, Kamel chauffeur de taxi occasionnel, découvre sur le siège arrière de son véhicule, un nouveau-né abandonné. Il retourne chez lui avec le bébé, réussit à convaincre sa mère de le garder pour une nuit et décide d'aller à la recherche de la dernière cliente embarquée dans son véhicule.


Algérie, 2007. 35mm. Couleurs. 1,66. Dolby SRD. 105 minutes.
Arabe sous-titré français & anglais


Un film de Nadia Cherabi-Labidi
Genre : Long-métrage fiction
Format : 35 mm
Cadre : 1.66
Son : DTS Stéréo
Durée : 1h45 mn
Version originale : Arabe
Sous-titrage : français/anglais

Réalisation : Nadia Cherabi-Labidi

D'après un scénario de Sid Ali Mazif
Adaptation Nadia Cherabi-Labidi

Dialogues :
Hadj Rahem
Nadia Cherabi-Labidi
Yahia Mouzahem

avec :
Rachid Farès
Nassima Shems
Abdelhamid Rabia
Kamel Rouini
Nassima Benmihoub
Driss Chekrouni
Fatima-Zohra
Mimouni Hafida
Bendiaf Hadjla
Kheladi Nesredine
Amarouyache Saliha
Kerbache Med
Hakim Zelloum
Linda Yasmine

Image : Smaïl Lakhdar-Hamina
Son : Kamel Mekesser
Montage : Ali Leylane
Décors : Mouloud Cherabi
Musique : Redwan Nassri
Délégué à la Production : Dahmane Ouzid
Production : Nadia Cherabi-Labidi (Procom International)
Hamraoui Habib-Chawki (ENTV)
Une Co-Production : Procom international / Télévision Algérienne (ENTV)
Avec le soutien du Ministère de la Culture
Dans le cadre de la Manifestation
"Alger Capitale de la Culture Arabe 2007"


2007 | 7ème Festival International du Film de Marrakech | MARRAKECH, Maroc | 07 au 15 décembre 2007 |
> Compétition Longs métrages


2007 | 29e Cinémed Festival International Cinéma Méditerranéen | MONTPELLIER, France | du 26 octobre au 4 novembre 2007 |
> Sélection


[ english ]

One night, Kamel, an occasional taxi driver, found a forsaken newborn baby on his car's back seat. Instead of taking it to the police, he put the baby in his mother's care and went searching for the last woman he had picked up that night.

Algeria, 2007. 35mm. Color. 1,66. Dolby SRD. 105 minutes.
Arabic with French & English subtitles

Scénario/Script : Sid Ali Mazif
Images/Pictures : Smail Lakhdar-Hamina
Son/Sound : Kamel Mekesser ;
Montage/Editing : Ali Leylane
Musique/Music : Redwane nassri
Décor/Set design : Mouloud Cherabi
Interprètes/Actors : Rachid Farès, Nassima Shems, Kamel Rouini Durée/Length : 104 mn
Format : 35 mm ;

Contact :
Procom International
Tél. : +213 21943377
Email : procomcine@procom.dz


Festivals:

2009 | 21 FESPACO | OUAGADOUGOU, Burkina Faso | du 28 février au 07 mars 2009 |
> Selection - Panorama des cinémas d'Afrique, Longs métrages

Marrakech 2007 - Feature films

2007 | 29th Cinémed Festival International Cinéma Méditerranéen | MONTPELLIER, France | du 26 octobre au 4 novembre 2007 |
> Selection

www.lenversdumiroir.com



http://www.africultures.com/php/?nav=personne&no=10476


Nadia CHERABIAlgérie
www.procom.dz
Nadia Cherabi Labidi a poursuivi des études de sociologie à l'Université d'Alger avant de soutenir en 1987, à la Sorbonne, un Doctorat en Arts du spectacle (option études cinématographiques).
De 1978 à 1994, elle a travaillé au département artistique de la Direction de la production du CAAIC (Centre algérien pour l'Art et l'industrie cinématographique, aujourd'hui dissous) période entrecoupée par la préparation et la soutenance d'un Doctorat sur le cinéma algérien.
Durant cette période, elle a été assistante-réalisatrice de Ahmed Laalem (Agence nationale des actualités filmées, 1991).
Au CAAIC elle passera de la Production à la réalisation de films avec un intérêt particulier pour le documentaire-fiction.
En 1994, à la faveur de la libéralisation du secteur cinématographique, elle fonde sa société, Procom International, où elle exerce en tant que productrice et réalisatrice.
Elle coréalise avec Malek Laggoune un docu-fiction sur l'exil volontaire à Bejaïa du Président portugais Manuel Teixeira Gomès ainsi que plusieurs documentaires sur les femmes algériennes.
Pendant plusieurs années, Procom International s'est consacrée exclusivement aux documentaires puis a assuré la production de 30 émissions pour la Télévision Algérienne,
Aujourd'hui, la société a élargi sa production à la fiction en 35mm et deux longs métrages ont été récemment co- produits avec l'ENTV et avec le soutien du Ministère de la Culture :
L'envers du miroir: réalisé par Nadia Cherabi, avec une version-feuilleton en cinq épisodes pour la télévision.
Vivantes!: réalisé par Saïd Ould Khelifa.
Ces deux productions, centrées sur la condition féminine en Algérie, ont été retenues dans la programmation de l'évènement "Alger, capitale de la culture arabe 2007".
Nadia Cherabi est parallèlement Maître de conférences à l'Institut des sciences de la communication et de l'information d'Alger où elle assure un cours sur le film documentaire.
Elle a été élue en octobre 2006, à Barcelone, au Conseil de l'APIMED (producteurs indépendants méditerranéens).




Nadia Cherabi studied sociology at the University of Algiers and then at the Sorbonne. She worked in the artistic department of the Production Board of the CAAIC (Centre algérien pour l'Art et l'industrie cinématographique) from 1978 to 1994. She was assistant director to Ahmed Laalem (Nation news film agency, 1991). At CAAIC, she switched from production to directing films. In 1994, she founded her company Procom International, where she works as both producer and director. After producing documentaries for a long time, she recently produced two full-length features, The Other Side of the Mirror andAlive!.

films

هناك تعليقان (2):

غير معرف يقول...

PROCOM INTERNATIONAL SARL

Audiovisuel (production, édition, réalisation)
Internet (services)
Internet : logiciels, outils de développement
Cinémathèques
23 CITE SOUMAM AIR DE FRANCE
Bouzareah, Alger (16), Algérie
CONTACTS PRINCIPAUX Tél : 1521
Fax : 1522
Ouvrir dans Google Maps
http://www.sahlamahla.net/

http://www.lespagesmaghreb.com/alger/audiovisuel-production-edition-realisation/procom-international/37158dd40589318391fa314783a86c61376c6c0a
http://www.procom.dz/en_construction.php

غير معرف يقول...

Une nuit, Kamel chauffeur de taxi occasionnel, découvre sur le siège arrière de son véhicule, un nouveau-né abandonné.
Il retourne chez lui avec le bébé et réussi à convaincre sa mère de le garder pour une nuit.
Il décide d’aller à la recherche de la dernière cliente embarquée dans son véhicule.

Il la retrouvera au bout d’une longue traque. Elle s’appelle Selma.

La confrontation est violente entre Kamel et Selma.

Lui est en colère.
Elle, est en détresse.

Elle a un secret…
http://www.lenversdumiroir.com/


« L’Envers du Miroir »


Un film de Nadia Cherabi- Labidi
Genre : Long-métrage fiction Format : 35 mm
Cadre : 1.66
Son : DTS Stéréo
Durée : 1h45 mn
Version originale : Arabe
Sous-titrage : français/anglais

Réalisation : Nadia Cherabi-Labidi

D'après un scénario de Sid Ali Mazif
Adaptation Nadia Cherabi-Labidi

Dialogues :
Hadj Rahem
Nadia Cherabi-Labidi
Yahia Mouzahem

avec :
Rachid Farès
Nassima Shems
Abdelhamid Rabia
Kamel Rouini
Nassima Benmihoub
Driss Chekrouni
Fatima-Zohra
Mimouni Hafida
Bendiaf Hadjla
Kheladi Nesredine
Amarouyache Saliha
Kerbache Med
Hakim Zelloum
Linda Yasmine

Image : Smaïl Lakhdar-Hamina
Son : Kamel Mekesser
Montage : Ali Leylane
Décors : Mouloud Cherabi
Musique : Redwan Nassri
Délégué à la Production : Dahmane Ouzid
Production : Nadia Cherabi- Labidi (Procom International)
Hamraoui Habib -Chawki (ENTV)
Une Co-Production : Procom international / Télévision Algérienne (ENTV)
Avec le soutien du Ministère de la Culture
Dans le cadre de la Manifestation
"Alger Capitale de la Culture Arabe 2007"

http://www.lenversdumiroir.com/Fiche-technque.htm

http://www.procom.dz/procomcine/video/bande.htm
http://www.lefilm-vivantes.com/index.asp