السبت، أبريل 2

الاخبار العاجلة لاكتشاف سكان قسنطينة بشائر الجنون السياسي لوالي قسنطينة في اخر اجتماع رسمي ويدكر ان الداي حسين والي قسنطينة مهدد بانهاء مهامه الادارية والمحاسبة المالية بعد فضائح عاصمة الثقافة العربية وللعلم فان التصريحات المجنونة للشيخ واضح تكشف عن نفض السلطة غبار قسنطينةمن خريطة مشاريعها السياسية وللعلم فان والي قسنطينة امسي مسيرا لقصور الدعار ة الجنسية بقسنطينة وشر البلية مايبكي

اخر خبر
الاخبار  العاجلة  لاكتشاف  سكان  قسنطينة بشائر   الجنون  السياسي لوالي قسنطينة  في اخر اجتماع  رسمي ويدكر ان  الداي حسين والي قسنطينة  مهدد  بانهاء مهامه  الادارية والمحاسبة  المالية بعد فضائح  عاصمة  الثقافة العربية وللعلم فان التصريحات المجنونة  للشيخ واضح   تكشف عن  نفض السلطة  غبار  قسنطينةمن خريطة  مشاريعها  السياسية وللعلم فان والي قسنطينة  امسي مسيرا لقصور الدعار ة  الجنسية بقسنطينة   وشر البلية مايبكي
اخر خبر
الاخبار العاجلة  لاكتشاف  الصحافيةامينةتباني في حصةضيف  الصباح ان مدير ابواب قسنطينة الثقافية نورالدين  الشاوي بوقندورة   يعيش بالاخبار الكادبة حبث صرح ان مشروع باب القنطرة  جاهزللتدشين والحقيقةا ان جميع المشاريع  معطلة ماعدا  المشاريع 
 الراقصة والجنسية  الجاهزة بامتياز 
ويدكر ان الصحافية  امينة تبانياطار سامي في مديرية الثقافة وصحافية ونقابية ومديرة انتاج ورئيسة جمعية لتنظيم الحفلات بقسنطينة وطبعا دوننسيان نضالها السياسي في حزب الارندي وللعلم فان  الصحافية امينةتباني تحصلت علىمنصب مديرة انتاج لاداعة قسنطينة  بعد مشاركتها في تنشيط حفلات كباري  زواغي وقدتحصلت على المنصب كعربون وهديةمن جماعة  بنتركي ويدكر ان  جماعة بنتركي من اكبر مافيا ثقافية جزائرية  وظيفتها تصفية المعارضة الثقافية بمقاهي السموم وتحويل الثقافة الى ملكبةعشائرية  وللعلم فان  مجمع الشروق مساهم سري في جماعة بن تركي   ويدكر ان اغلب حراس صحيفة الشروق القادمون من ارياف الجناح وسيدي عبد العزيز  وظفوا كحراس في دولة بن تركي ويدكر ان  اوساط ثقافية  تتهم  بن تركي  باغتيال وردة الجزائرية عبر وفد تصوير اغنية ايام  ولايستبعد  ان الفنانة وردة  توفيت مسمومة وشر البليةمايبكي
اخر خبر
الاخبار العاجلة لانتقال  طرق تسير  اداعة قسنطينة من  الضرب الفجائي والتخويف  الاستبدادي في عهد   نعمون   خلاف   
الى الصياح والعويل  والتهديد بقطع الارزاق في عهد امينةتباني ويدكر ان الصحافية ومديرة الانتاج  امينةتباني لاثثق الا في المهندسة صفاء رماش  ويدكر ان  عمال اداعة قسنطينة اكتشفوا ان طرق الضرب  والشتم العلني بشتي الاوصاف تحولت الى التسيير العشوائي بالصياح  النسائي لنكتشف سوق  اداعة قسنطينة النسائي  حيث تعالج قضايا عمال اداعة قسنطينة بالصياح والعويل فهل استفادت مديرة الانتاج من تجربة  نعمون  خلاف الاداعية  في علاج مشاكل واحطاء عما اداعة قسنطينة بالضرب العمدي والشتم الاستبدادي علما ان ان اداعة  قسنطينة ثكنة عسكرية بلا جيوش  وشر البلية مايبكي


اخر خبر
الاخبار  العاجلة  لاحتلال اجانب قطعةارضية    بجسر سيدي راشد  قصدبناء فيلا فخمة   داخل جسر سيدي راشد وسكان قسنطينة يطالبون الهيئات الرسمية بنقل سوق الرمبلي من  اسافل  جسر سيدي راشد  الى  طرقات جسر سيدي راشد  المغلقة والاسباب مجهولة
فيديو  اكتشاف قطعة ارضية صالحة  للبناء في جسر سيدي راشد تصوير نورالدين  بوكعباش
عشية الجمعة 1افريل 2016
video
اخر خبر
الاخبار  العاجلة لاكتشاف  سكان قسنطينة   تظاهرة قسنطينة  عاصمة  الكراسي الشاغرة   2015واوساط تكتشف ان  مسيري النشاطات  الثقافية  دات  الكراسي الفارغة يحصدون  اموالا طائلة بسبب الكراسي الشاغرة   وشر البليةمايبكي
فيدبو   الكراسي الفارغةمن امسية شعرية  عربية بقصر الدعارة  الشعرية  الخليفة بقسنطينة

video



مرايا أمازيغية" جديد الكاتبة نجاة دحمون

غلاف المجموعة القصصية صبرينة كركوبة
الجمعة 1 أفريل 2016 33 0
12
صدرت للمبدعة نجاة دحمون مجموعتها القصصية الموسومة "مرايا أمازيغية"، "ANEPوذلك عن "المؤسسة الوطنية للاتصال والنشر والاشهار "
المجموعة التي نُشرت ضمن إصدارات الوزارة في إطار "قسنطينة عاصمة الثقافة العربية"، جاءت في طبعة فاخرة من الحجم المتوسط موزعة عبر 461 صفحة، وتضم 30 قصة مستوحاة من واقع المجتمع الأمازيغي.
يقدّم الإصدار –حسب مؤلفته- حكايا نساء أمازيغيات بعضهن واجهن أمواج الحياة خلال القرن العشرين والبعض الآخر نساء مخضرمات عاصرن القرن العشرين والواحد والعشرون، وبعضهن عرفن الكثير من الهزائم وانتصرن، والبعض البطلات عرفن مرارة الاستسلام ولم ينفع صمودهن أمام ظروف الحياة القاسية.
وحسب ذات المتحدثة فإن العمل الجديد يعتبر نافذة مطلّة على حياة الأمازيغيات العاديات ـ المتميزات بقلم امرأة هي جزء من تلك القصص، مضيفة أن المجموعة
بدأت بركن صغير في جريدة "الحقائق الجزائرية"، لتتحول إلى كتاب مطبوع.
الجدير بالذكر المبدعة نجاة دحمون من مواليد 1973 م، تنشر مقالات في عدة جرائد ورقية، كما تنشرأيضا في مواقع أدبية منها: "المرفأ الأخير"، "الاتصال الثقافي"، "الشاطئ الشعري"، "صفاء الرؤى".. .، ولها رواية "زهرة زهتر"...



Constantine- Véhicules de transport: Le wali exige l'éradication des "vieux tacots"
par A.M.

Hier, au cours de la réunion du Conseil de wilaya, la question des vieux bus utilisés, encore, dans le transport urbain, a été remise sur le tapis par M. Hocine Ouadah, wali de Constantine. Evoquant la présence de ce genre de véhicules, " de vieux tacots datant des années 70 ", assure-t-il, qui s'aventurent, encore, jusqu'au centre de la ville, " j'en ai vu qui arrivent même jusqu'à Coudiat, a-t-il dit, s'élevant contre " cette survivance du passé, ces vieux bus qui sont, encore, en circulation, à l'intérieur la 'ville des ponts' et qui sont utilisés pour le transport urbain ". " On constate, chaque jour, a poursuivi M. Ouadah, sur les lignes urbaines, de véritables épaves de bus ayant 40 ans d'âge, des véhicules brinquebalants, sales, aux vitres cassées qui tranchent mal sur le nouveau paysage de la ville, roulant encore. Mais ce que je ne comprends pas c'est pourquoi la réglementation qui est appliquée à travers l'ensemble des 47 autres wilayas ne le soit pas dans celle de Constantine !? ". Et d'indiquer, encore, que ces vieux bus sont interdits de circulation, depuis au moins 10 ans, tout en se désolant que personne n'est arrivé à leur interdire l'entrée à la ville. " Aujourd'hui, il faut que cette anomalie cesse. Celui qui veut rester en ville n'a qu'à renouveler et moderniser son matériel.

Celui qui ne veut pas le faire, qu'il aille travailler, hors de la ville ! ", a déclaré, le wali. Et M. Khelifi, le directeur des Transports de la wilaya, présent à la réunion et qui s'est senti, directement, interpellé par l'intervention du wali, de rétorquer que les marques de bus citées, par celui-ci, n'existent plus à Constantine. Mais le chef de l'exécutif est resté ferme sur sa position, en répondant qu'il a vu, de ses propres yeux, ces véhicules antédiluviens qui circulent, encore, dans la ville et qui arrivent jusqu'au quartier du Coudiat. Malgré cela, le directeur des Transports a cru nécessaire de préciser que dans le cadre du renouvellement du parc de bus, intervenu à l'époque " nous n'avons procédé à aucun renouvellement d'autorisation de transport pour ce genre de bus. Et nous sommes en train d'appliquer la réglementation, quant il s'agit de renouvellement de parc ". Le wali lui fera remarquer qu'il ne s'agit pas d'autorisations nouvelles, mais de celles qui ont été délivrées, il y a plus d'une dizaine d'années et que les propriétaires de bus n'ont pas cru nécessaire de renouveler leurs véhicules. Et ils ont continué à s'aventurer, en ville, avec leurs vieux tacots, en dérogeant à la réglementation, en question, qui stipule bien que les intéressés doivent ou bien moderniser le véhicule ou travailler, en dehors du périmètre urbain de la cité. "On ne doit plus tolérer la 'ferraille' qui est en train de tourner dans la ville ", a lancé le wali comme un avertissement. Et c'est pourquoi le directeur des Transports a fini par décider de convoquer, dès dimanche prochain, les propriétaires des véhicules incriminés pour leur faire des mises en demeure de se conformer à la réglementation ou de disparaître du paysage urbain de la cité. 

حريق مهول يأتي على مستودع لمصنع مشروبات نڤاوس في باتنة



غليزان

محاولة انتحار 03 أشخاص بمعية أسرهم ببلدية وارزيان

 ناصر بلقاسم
الجمعة 1 أفريل 2016 54 0
18
ذكر مصدر موثوق أن ثلاثة أشخاص بمعية أفراد أسرهم حاولوا الانتحار أول أمس بشكل جماعي وهذا على خلفية عملية هدم بنايات فوضوية ببدواوير الزناتي أهل العابد ومركز بلدية واريزان بولاية غليزان ،رافضين قرار المصالح البلدية بهدم سكناتهم الفوضوية العملية جاءت عندما تنقلت لجنة الهدم الى عين المكان وأثناء محاولة هدم البناية الأولى ق م بدوار أولاد الزناتي وهنا تسلق صاحب البناية بمحاولة إشعال النار وصب البنزين على نفسه ومحالة حرق أبنائه الأمر الذي أرغم المصالح المختصة الى التراجع عن قرارها وإرجائه الى الاسبوع القادم، أما بمنطقة أهل العبد فقد تسلق صاحب البناية الى أعلى المسجد وحاول رمي نفسه وفي ظل هذه التطورات تقرر تأجيل عملية الهدم للبنايات الثلاثة الى الاسبوع القادم .

Constantine - Dispositions exceptionnelles de la CNAS: Plus qu'un jour pour les commerçants récalcitrants
par A. E. A.

Le directeur général de la Caisse des assurances sociales (CNAS), Tidjani Hassen Hadem, a effectué une visite d'inspection et de travail, hier, à Constantine et ce, à deux jours de la clôture de la date fixée, comme délai de rigueur, donné aux employeurs pour s'acquitter des cotisations dues à la caisse et de bénéficier des dispositions exceptionnelles qui leur ont été offertes. Dans une conférence de presse, organisée à l'occasion, le DG de la CNAS a, de prime abord, situé sa visite dans la 'ville des ponts', dans le cadre des visites de terrain pour se rendre compte, de visu, de la situation des assurés sociaux, ainsi que celle des employés des agences locales. Et ce, en droite file des instructions du ministre de tutelle, qui insistent sur la nécessité de développer une communication, en direction des agences locales, au travers de déplacements, sur site, pour un meilleur contrôle. Et de poursuivre, que c'est même là un impératif, pour lui, dans le sens où la CNAS représente un service public, par excellence, et qu'en conséquence il y a lieu de vérifier si les choses, sur le terrain, se passent sans gros accrocs, pour les assurés sociaux et ayants droit. " J'ai été, hier, en visite dans la wilaya de Mila et aujourd'hui, mardi, à Constantine et j'en suis satisfait ", dira-t-il. Et d'adresser, ensuite, ses félicitations à tous les agents et cadres des deux caisses. " Bien sûr, il y a des insuffisances et des manques, qu'il faudra bien combler et la DG est là pour y veiller car notre objectif est de faire de la CNAS une vraie entreprise citoyenne, dont l'objectif est le développement d'une culture de la solidarité ", ajoute le même responsable. Concernant le dossier des cotisations et de la campagne déclenchée, à cet effet, il fera observer, qu'il y a eu une bonne affluence des employeurs et ce, autant pour les déclarations afférentes aux travailleurs qu'ils emploient, que pour le versement des cotisations qui leur sont dues. Et d'estimer, à cet égard, que l'opération a permis, à la CNAS, d'engranger plus de 50% de ce qui en était attendu. " Et nous en sommes assez contents ", avouera-t-il, en lançant, à l'occasion un appel aux employeurs récalcitrants, à le faire avant le 31 mars. Et de les inciter à profiter des mesures exceptionnelles apportées par la loi de Finances complémentaire de 2015, pour bénéficier des faveurs qu'elle énonce, en matière de majoration et pénalités de retard. 

Constantine- Véhicules de transport: Le wali exige l'éradication des "vieux tacots"
par A.M.

Hier, au cours de la réunion du Conseil de wilaya, la question des vieux bus utilisés, encore, dans le transport urbain, a été remise sur le tapis par M. Hocine Ouadah, wali de Constantine. Evoquant la présence de ce genre de véhicules, " de vieux tacots datant des années 70 ", assure-t-il, qui s'aventurent, encore, jusqu'au centre de la ville, " j'en ai vu qui arrivent même jusqu'à Coudiat, a-t-il dit, s'élevant contre " cette survivance du passé, ces vieux bus qui sont, encore, en circulation, à l'intérieur la 'ville des ponts' et qui sont utilisés pour le transport urbain ". " On constate, chaque jour, a poursuivi M. Ouadah, sur les lignes urbaines, de véritables épaves de bus ayant 40 ans d'âge, des véhicules brinquebalants, sales, aux vitres cassées qui tranchent mal sur le nouveau paysage de la ville, roulant encore. Mais ce que je ne comprends pas c'est pourquoi la réglementation qui est appliquée à travers l'ensemble des 47 autres wilayas ne le soit pas dans celle de Constantine !? ". Et d'indiquer, encore, que ces vieux bus sont interdits de circulation, depuis au moins 10 ans, tout en se désolant que personne n'est arrivé à leur interdire l'entrée à la ville. " Aujourd'hui, il faut que cette anomalie cesse. Celui qui veut rester en ville n'a qu'à renouveler et moderniser son matériel.

Celui qui ne veut pas le faire, qu'il aille travailler, hors de la ville ! ", a déclaré, le wali. Et M. Khelifi, le directeur des Transports de la wilaya, présent à la réunion et qui s'est senti, directement, interpellé par l'intervention du wali, de rétorquer que les marques de bus citées, par celui-ci, n'existent plus à Constantine. Mais le chef de l'exécutif est resté ferme sur sa position, en répondant qu'il a vu, de ses propres yeux, ces véhicules antédiluviens qui circulent, encore, dans la ville et qui arrivent jusqu'au quartier du Coudiat. Malgré cela, le directeur des Transports a cru nécessaire de préciser que dans le cadre du renouvellement du parc de bus, intervenu à l'époque " nous n'avons procédé à aucun renouvellement d'autorisation de transport pour ce genre de bus. Et nous sommes en train d'appliquer la réglementation, quant il s'agit de renouvellement de parc ". Le wali lui fera remarquer qu'il ne s'agit pas d'autorisations nouvelles, mais de celles qui ont été délivrées, il y a plus d'une dizaine d'années et que les propriétaires de bus n'ont pas cru nécessaire de renouveler leurs véhicules. Et ils ont continué à s'aventurer, en ville, avec leurs vieux tacots, en dérogeant à la réglementation, en question, qui stipule bien que les intéressés doivent ou bien moderniser le véhicule ou travailler, en dehors du périmètre urbain de la cité. "On ne doit plus tolérer la 'ferraille' qui est en train de tourner dans la ville ", a lancé le wali comme un avertissement. Et c'est pourquoi le directeur des Transports a fini par décider de convoquer, dès dimanche prochain, les propriétaires des véhicules incriminés pour leur faire des mises en demeure de se conformer à la réglementation ou de disparaître du paysage urbain de la cité. 


Constantine - Béni H'midène: 450 agents perçoivent un salaire en restant chez eux !
par A. Mallem

Selon le secrétaire général de la wilaya de Constantine, 450 agents employés à la commune de Béni H'midène émargent sur le budget communal et sont appointés mensuellement, " tout en restant chez eux, sans fournir aucun travail en contrepartie ", avait répliqué M. Abdelkhalek Sayouda, hier, à la réunion du conseil de wilaya, en réponse au président de l'APC de cette collectivité locale qui s'était plaint, dans son rapport, de ne pas disposer de ressources humaines nécessaires pour faire marcher la commune, signalant que celle-ci ne dispose que de 36 agents. Le SG de la wilaya a signalé au maire qu'il s'était déplacé le 19 mars dernier à Béni H'midène dans le cadre de la célébration officielle de la fête de la victoire dans cette commune et avait constaté une situation déplorable à l'intérieur de la ville et que le prétexte du manque de ressources humines n'est pas fondé. " Et pour cause, a-t-il lancé au maire, vous disposez d'une armée d'ouvriers qui émargent à l'APC sans rien faire ". " Et ceux qui sont payés tout en restant chez eux, vous les oubliez ? ", a-t-il apostrophé. Et M. Sayouda de faire un petit calcul pour démontrer au maire que le chiffre qu'il a avancé est bien faux et que, en réalité, il n'y a pas de problème de ressources humaines dans sa commune.

Sur un autre plan, le président de l'APC de Béni H'midène a été amené à dresser un état du patrimoine de la commune et a signalé à ce sujet que de nombreux locaux sont occupés par des citoyens, de gros commerçants, qui ne payent pas le loyer dérisoire appliqué suivant les anciens tarifs qui datent de plusieurs décennies. Et dans ce cadre, le maire a cité le cas de quatre hangars loués à des commerçants qui les exploitent sans aucun document réglementaire de location. Pire encore, a dit le maire, ces commerçants n'ont pas voulu verser les arriérés de loyers qui s'accumulent depuis 2013. " Nous les avons estés en justice ", a affirmé le maire. Et c'est justement cette remarque qui a eu le don de mettre en colère le wali, qui était rentré à ce moment-là dans la salle de réunion.

Le chef de l'exécutif est tombé alors à bras raccourcis sur le maire et son secrétaire général en les accusant de " bradage du patrimoine de la commune " qui est cédé, presque au dinar symbolique, à des commerçants qui plus est ne payent pas leurs loyers ! " Ce n'est pas possible, s'est écrié le wali, que ces marchands qui gagnent des millions par jour ne payent aucun centime de loyer à la commune pour les locaux qu'ils exploitent ". D'autre part, a fait remarquer le SG de la wilaya, on constate que dans la plupart des cas, ces commerçants sont des fournisseurs de services, de marchandises à la commune. Et lorsqu'il s'agit de leur argent ils tapent sur la table et se font payer jusqu'au dernier centime. " Et malgré tout, enchaîna le wali, les responsables de la commune ne bougent pas. Cela s'appelle de la dilapidation des biens de la commune. Je me demande qu'est-ce que vous avez fait de la dernière instruction du ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales quant à la valorisation du patrimoine de la commune ", a fait observer le wali. Et de lancer: " Il y a une complicité quelque part ! On m'a signalé que les kiosques de la commune sont dans le même cas, l'abattoir communal, des logements de la commune loués à 820 dinars dans des écoles rurales, 900 et jusqu'à 1000 dinars le mois dans la commune centre, etc. Pourquoi n'avoir pas consulté l'OPGI pour vous donner les prix de référence à la location ? ", A-t-il demandé encore aux rapporteurs. Et à la fin, le directeur de l'action sociale et des cadres de la wilaya ont été chargés d'une mission d'inspection dans cette commune pour examiner tous ces problèmes et faire un rapport au wali. 
Constantine - Fuite d'eau à la rue Mellah Slimane: Les commerçants dénoncent le «laisser-aller»
par A. Mallem

Les vendeurs de fruits secs (cacahuètes, amandes, noix, noisettes, confiserie, etc.) installés sur des étalages bordant la rue Mellah Slimane de la vieille ville Souika, du côté du pont de Sidi Rachid, sont confrontés depuis une quinzaine de jours, disent-ils, à une fuite d'eau potable qui s'est produite en plein milieu de la chaussée pavée et qui leur rend la vie un peu difficile. Ils sont également en colère contre l'entreprise de l'eau, la Seaco, qui, disent-ils également, ils ont appelée à plusieurs reprises, «mais ses responsables ne se sont pas dérangés pour venir constater les dégâts sur place et colmater la fuite», ont-ils fait remarquer. Les marchands expliquent qu'ils sont confrontés à un «véritable ruisseau qui coule entre les étalages, gênant notre activité, ce qui reste encore des habitants de la partie basse de Souika, ainsi que les passants, particulièrement les clients qui éprouvent hésitent à s'arrêter, examiner et acheter les produits que nous leur proposons», nous ont déclaré sur place les concernés auxquels nous avions rendu visite hier. Ces derniers ont insisté pour dire qu'ils ne cessent de relancer les services de la Seaco, mais ils se désolent que les responsables de cette entreprise ne font pas preuve de célérité pour venir réparer la fuite, en invoquant des difficultés de pénétration dans notre ruelle, des problèmes techniques et autres. Contactés par nous hier, les responsables de la cellule de communication de la Société des eaux et de l'assainissement de Constantine (Seaco) nous ont répondu que la fuite de la rue Mellah Slimane est connue de leurs services techniques qui l'ont programmée. Seulement, les chefs de secteurs qui recueillent les doléances de la population mobilisent leurs équipes d'intervention en fonction de l'importance et des priorités qu'ils établissent. Nos interlocuteurs n'ont pas manqué effectivement de relever l'accès difficile à cet endroit de la vieille ville et ont rassuré que, en dépit de cela, une équipe sera dépêchée dans les prochains jours pour travailler à la réparation de la fuite signalée. 
Constantine - L'affichage sauvage agace le wali
par A. M.

« L'affichage sur les murs de la ville ne doit plus être toléré !», a lancé, mardi, le wali de Constantine, à l'intention des responsables locaux de la «ville des ponts».

M. Hocine Ouadah s'est montré «indigné» que le phénomène de l'affichage sauvage, qui défigure le paysage urbain de la ville, ne fait réagir aucun responsable. Le premier responsable de la wilaya a dénoncé cette manière de faire, l'anarchie qui sévit, dans ce domaine, au vu et au su de tous, et qui, en l'absence de toute interdiction formellement affichée, a transformé les bâtiments publics et officiels en placards publicitaires gratuits.

Soulignant que le lancement des opérations de nettoyage, de réfection et de ravalement des façades de la cité, le nettoyage opéré sur tous les murs de la ville, ont abouti, heureusement, à lui donner un visage plus amène qui cadre avec son statut de capitale régionale, de ville internationale, mais on constate, malheureusement, que les mauvaises habitudes ont tendance à reprendre le dessus. «Celui qui veut faire une fête l'annonce d'abord sur le mur, celui qui organise une activité quelconque se permet d'utiliser les murs et le mobilier urbain, pour faire passer son message, en placardant de grandes affiches partout, sur les murs, sur les poteaux électriques, les réverbères, et j'en passe !», a dit M. Ouadah, en ordonnant, sur le champ qu'un recensement soit fait de toutes les affiches, affichettes, annonces qui sont sur les murs de la ville, «y compris, par exemple, les affiches du Tour d'Algérie cycliste», a-t-il spécifié. «Et les commanditaires, les afficheurs doivent payer les redevances publicitaires», a-t-il insisté auprès des responsables de la municipalité. Et c'est ainsi qu'il s'est adressé, directement, au président de l'APC, en l'instruisant de veiller, dès maintenant, à interdire tout affichage sur les murs. Et celui qui sera surpris à placarder, quoi que ce soit, ordonne le wali, doit être verbalisé. La réglementation en la matière doit être appliquée, dans toute sa rigueur. Et la fameuse «défense d'afficher» doit être visible, dans tous les endroits où cet acte sera interdit. «Il y a des lieux d'affichage réglementé et les murs de la ville doivent rester propres. Les efforts que nous déployons, depuis deux ans, ne doivent pas partir en fumée», a affirmé, en conclusion le wali. 




Le wali de Tizi Ouzou: Le MAK, un véritable danger
par Naït Ali H.

Le wali de Tizi Ouzou, Brahim Merrad, a consacré une bonne partie de ses interventions au Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie (MAK), à l'occasion des travaux de la session ordinaire de l'Assemblée populaire de wilaya (APW) en tirant la sonnette d'alarme quant au danger que représentent les agissements dudit mouvement pour l'unité nationale. Il a même appelé les élus de l'APW à se mobiliser contre ce danger même s'il reconnaît que les adhérents au MAK ne représentent qu'une minorité des habitants de la Kabylie. Merrad a même soutenu qu'il est prêt à battre le pavé à l'occasion du printemps amazigh, le 20 avril, pour ne pas laisser le terrain libre au MAK, invitant au passage la population qui ne partage pas ses idées à participer à cette manifestation.

Le wali a saisi l'occasion pour relever que le MAK est de plus en plus dangereux d'autant plus qu'il a confectionné son emblème et sa monnaie.

Par ailleurs, en réponse aux interrogations des élus quant à la suite réservée à certains projets affectés à la wilaya faisant objet de gel pour des raisons de restrictions budgétaires, le chef de l'exécutif a annoncé la levée de cette mesure pour le projet de création d'une zone industrielle à Draa El Mizan après intervention du président du Forum des chefs d'entreprises (FCE), Ali Haddad, auprès du gouvernement juste après avoir été interpellé samedi dernier lors de son passage à Tizi Ouzou par des entrepreneurs locaux. Mais concernant les autres projets, le wali a précisé que seules des opérations destinées au développement des secteurs sensibles comme l'éducation et la santé pourraient être débloquées en présentant des arguments nécessaires.

Toujours dans le cadre de la prise en charge des préoccupations soulevées par les élus de l'APW à l'occasion de la session ordinaire tenue mercredi et jeudi, plusieurs membres de l'exécutif ont tenté d'apporter des réponses à ces mêmes préoccupations.

A ce propos, le directeur local de la santé (DSP) a pris l'engagement de régler le conflit qui paralyse l'Etablissement public de santé de proximité des Ouacifs (35 km au sud de la wilaya) depuis trois mois en annonçant l'installation effective de son nouveau directeur dès la semaine prochaine et ordonner la reprise de service des employés qui réclament le maintien du désormais ex- directeur affecté ailleurs.

De son côté, le directeur de l'administration locale a, en réponse à la question du P/APW relative au retard qu'accuse la mise en service de la maison de la presse baptisée et inaugurée en octobre dernier, précisé que la wilaya attend toujours la décision officielle du ministère de la Communication de la rattacher à la maison de la presse d'Alger comme annoncée par le ministre lors de son inauguration.

Interpellé à son tour, le directeur local de l'énergie, au sujet des chantiers de raccordement aux réseaux de gaz naturel à l'arrêt faute de paiement des entreprises, a soutenu que seulement quelques entreprises sont dans cette situation et que des mesures ont été prises pour redémarrer ces opérations dans les prochains jours.

Enfin, il y a lieu de relever que lors de la présentation du bilan du wali au second jour des travaux de cette session, le secrétaire général de la wilaya a précisé que «Tizi Ouzou a bénéficié pour l'exercice 2015 d'une enveloppe financière de plus de 12,231 milliards de dinars destinée au développement local» dont 10,54 milliards de dinars pour le réajustement de quelque 89 opérations inscrites au titre des programmes précédents. S'agissant des nouvelles actions de développement inscrites à l'indicatif de la wilaya, il a été fait état de projet de réalisation de réseau de distribution d'alimentation en eau potable au profit des villages issus de 13 daïras, de l'acquisition des équipements médicaux pour les polycliniques de Redjaouna (Tizi Ouzou) et de Tamda (Ouaguenoune), de l'étude et le suivi pour la réalisation d'une faculté de médecine de 4.000 places pédagogiques à l'université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou. Alors que dans le cadre des plans communaux de développement (PCD), la wilaya de Tizi Ouzou a bénéficié d'une enveloppe de 4 milliards de dinars afin de prendre en charge quelque 1.189 opérations au profit des 67 communes. 
Constantine - Ali Mendjeli: Rassemblement des souscripteurs Cnep Immo
par A. El Abci

Plus d'une centaine de souscripteurs aux logements Cnep Immo ont tenu hier un rassemblement devant l'unité de voisinage (UV) n°17 de Ali Mendjeli, après la prière du vendredi, pour réclamer l'annulation du taux d'intérêt de 5,75%, l'accélération des travaux de VRD de l'UV n°1, une réponse rapide concernant les recours et l'octroi des clés, sans faute, pour le 16 de ce mois d'avril.

Selon le président de l'association des dits souscripteurs, Boulkout, «nous avons choisi le vendredi pour ce sit-in pour drainer le plus de monde possible, en raison de son caractère de jour férié», dira-t-il. Et d'ajouter que de toutes les manières un autre sit-in est prévu pour le début de la semaine prochaine devant le cabinet du wali. «Nos demandes se résument grosso modo en ces points, affirmera-t-il, à savoir le taux d'intérêt des prêts que nous voulons voir abandonné complètement et réduit donc à zéro%, car au départ lorsque le président de la République a décidé du programme de plus de 4.000 logements, c'était à destination des familles à revenu modeste. Ensuite, soulignera-t-il, l'ensemble des souscripteurs insistent pour la reprise rapide des travaux de VRD et des aménagements extérieurs de l'unité de voisinage n°1, où seuls les réseaux d'électricité, de gaz et d'eau potable sont réalisés. Alors que tous les autres travaux afférents à l'assainissement, l'éclairage public, en sus de l'aménagement de la voirie (trottoirs et chaussées), des avaloirs et autres points de chute et d'évacuations des eaux pluviales restent à réaliser». «Sachant, dans ce cadre, qu'il n'a pas été encore procédé à la désignation de l'entreprise ou des entreprises chargées de finir les travaux en question et que le chef de l'exécutif en tant que premier responsable de la wilaya doit avoir son mot dans ce domaine et ne pas hésiter mais prendre plutôt le taureau par les cornes», souligne le même interlocuteur.

Toujours selon ce dernier, «il est malheureux que notre projet d'acquisition en propriété d'un toit décent, dont nous avons rêvé depuis plus de dix ans et dont le dénouement à présent se précise plus que jamais auparavant, pour la moitié de ce mois d'avril, soit encore entaché par le cas de l'unité de voisinage (UV) n°1». Et d'insister, dans ce sillage, «nous voulons une confirmation de la date de remise des clés annoncée, auparavant, pour le 16 avril en cours et concernant les autres UV, car beaucoup d'entre nous ont été échaudés par des tonnes de promesses faites mais non tenues». 

Constantine - Relogement: Les habitants de Boudraa Salah bloquent la route
par A. El Abci

Les habitants des 11 bâtiments non touchés par la précédente opération de relogement à Massinissa ont fermé, hier, la route donnant accès au centre-ville pour le 3e jour consécutif, et ce pour réclamer des autorités la concrétisation sans retard des promesses de relogement qui leur ont été faites et qui tardent à voir le jour. Selon les déclarations de ces derniers, «cela fait des mois que le chef de daïra s'est engagé à nous reloger, à l'instar de nos anciens voisins, nous demandant juste un peu plus de patience pour régler le problème avec l'OPGI; malheureusement, les jours passent et nous ne voyons rien de concret à l'horizon». Et de poursuivre, qu'entre-temps les choses deviennent de plus en plus invivables à Boudraa Salah, cité qui a été déjà vidée de certains de ses habitants, occupant les bâtiments les plus vieux et mal en point avec l'objectif de les démolir, mais rien n'a été fait dans ce sens. Et d'indiquer que ces bâtiments vidés de leurs anciens occupants ont été vite remplacés par de nouveaux, étrangers à la cité, avec transformation en repaires mafieux, où bagarres incessantes, consommation de drogues, etc. sont le lot quotidien. «Cette nouvelle situation calamiteuse régnant à la cité, ajoutée à l'état tout aussi calamiteux de nos logements qui datent de l'époque coloniale, ont rendu la majorité des habitants impatients de quitter les lieux. Et devant les réponses peu convaincantes du chef de la daïra lors de l'entrevue de la semaine dernière, diront-ils, nous nous sommes résolus à procéder à la fermeture de la route de la cité, pour attirer l'attention des autorités et inciter à l'accélération des procédures concernant notre dossier, à la daïra comme à l'OPGI». A rappeler que, jeudi dernier, les protestataires n'ont consenti à lever le barrage dressé, qu'à l'issue de négociations ardues avec la police et, seulement, contre l'engagement de leur officier à leur arranger un rendez-vous avec le chef de la daïra, au tout début de la semaine prochaine. Toutefois et malgré cet accord, certains des protestataires ont encore dressé des barrages, mais sur des routes secondaires et à l'intérieur de la cité pour montrer leur détermination à aller jusqu'au bout et à ne pas baisser les bras, nous diront-ils.

Constantine - Chaab Ersas souffre du manque de moyens de transport
par A. M.

Les habitants du quartier de Chaab Ersas n'en peuvent plus d'être privés des bus de transport urbain qui travaillaient sur leur ligne et desservaient leur quartier à partir de la station Khemisti. «On ne sait vraiment pas pourquoi, mais les bus ont déserté notre ligne il y a plusieurs mois de cela. Ce qui nous cause d'énormes difficultés pour nos déplacements en ville. Pourquoi nous a-t-on enlevé le bénéfice de ce transport en nous livrant pieds et poings liés aux difficultés dans nos déplacements ?», se sont plaints des habitants de ce quartier que nous avons rencontrés jeudi matin au niveau de la station de taxis clandestins du musée du Moudjahid, situé à proximité du stade Chahid Hamlaoui. «A présent, comme vous voyez, nous ont-ils expliqué en montrant du doigt les taxis clandestins stationnés à ce niveau et en train de charger les clients à destination de Chaab Ersas, il n'y a que ces taxieurs qui nous viennent en aide».

Contacté aussitôt, le président du syndicat des transporteurs urbains par bus, M. Bousmid, a vite fait de confirmer ce problème en affirmant que la ligne urbaine de Chaab Ersas, desservie auparavant par 5 bus à partir de la station Khemisti, est complètement à l'arrêt. «Principalement, nous a-t-il expliqué, les transporteurs l'ont abandonnée parce que cette ligne ne s'est pas avérée rentable pour eux. Les patrons se sont souvent plaints à nous de ne pouvoir arriver à assurer les salaires des chauffeurs et des convoyeurs, ainsi que les frais d'entretien des véhicules. Et ils ont fini par mettre la clé sous le paillasson en se rabattant sur des lignes plus rentables (?)». Et il terminera en disant qu'à présent, rentabilité oblige, les bus de transport urbain se sont rabattus en masse sur les lignes «où il y a beaucoup de travail, qui sont rentables, comme celles de Djebel Ouahch et surtout de Ali Mendjeli, et ce en dépit des encombrements que connaissent quotidiennement ces routes. C'est dommage, mais on ne peut rien faire!».

Des fonctionnaires de la commune nous ont avoué également que la municipalité ne peut pas faire grand-chose pour régler ce problème et seule une décision venant des autorités de la wilaya peut y remédier ? Et encore ! ont-ils estimé, il faudrait trouver des bus des organismes transporteurs du secteur public qui acceptent de travailler à perte.

Ce qui fait que les habitants de Chaab Ersas sont obligés d'emprunter qui les taxis de la fraude, qui les bus de Boumerzoug et traverser ensuite la rivière pour rejoindre leurs domiciles. Ce qui se révèle très dangereux parce que la rivière Boumerzoug est en pleins travaux de calibrage et que ses eaux ont été gonflées par les dernières pluies. Les citoyens nous ont fait savoir alors qu'ils vont solliciter le wali pour demander de l'aide au règlement de ce véritable dilemme ! 

La décision effective depuis jeudi soir: Le pont de Sidi Rached fermé à la circulation automobile
par A. E. A.

Après plusieurs reports, le pont de Sidi Rached a été finalement fermé à la circulation aux environs de 21 heures de jeudi dernier, pour l'entame de la troisième phase des travaux visant sa réhabilitation et ce, pour une durée de trois mois au maximum, selon le chef de service des infrastructures publiques à la direction des travaux publics, Mourad Bounab. Et ce responsable de préciser que sa direction ne ménagera aucun effort pour écourter cette période, indiquant que la fermeture est effective et totale depuis 21 heures de la journée de jeudi pour les véhicules. Tandis que pour les piétons qui pourront y circuler encore pour un mois ou un mois et demi, avant que l'ouvrage d'art ne soit interdit, aussi bien à ces derniers qu'aux véhicules. Et de souligner, dans ce cadre, que des barrières de protection des passants ont été aménagées dans la nuit pour leur faciliter les déplacements, mais uniquement sur le trottoir de gauche et dans les deux sens, à savoir leur offrant la possibilité d'accès au centre-ville et l'inverse. Et concernant la nature des travaux qui toucheront la partie droite du pont Sidi Rached et particulièrement son cinquième arche, suite aux réserves soulevées par l'expert italien en considération de son diagnostic et évaluation des dommages subis, le directeur des travaux publics, M. Zahnit, fera savoir qu'ils comportent deux étapes. La première a trait à l'enlèvement de toutes les pierres une à une, avec travaux de fortification et consolidation de la paroi intérieure, et la suivante concerne la remise des pierres toujours valides à leur place et le remplacement de celles détériorées par d'autres réalisées à l'identique, notera-t-il. 



Tiaret
Rencontre sur le rôle des imams dans la sensibilisation sur la notion de citoyenneté 
Mosquées et universités ont un grand rôle
dans la promotion de la culture environnementale 
Les mosquées et les universités ont un grand rôle dans la promotion de la citoyenneté et de la culture environnementale, a estimé, mercredi à Tiaret, un cadre du ministère des Affaires religieuses et Waqfs, Saïd Maouel.
Dans une communication sur le rôle de la mosquée dans la promotion de la citoyenneté, M. Maouel a estimé qu’une «lourde tâche est dévolue aux établissements religieux et d’enseignement supérieur dans la conscientisation citoyenne, la culture environnementale et la lutte contre le défaitisme, mais aussi dans l’incitation du citoyen à accomplir son devoir envers son pays.» «L’Algérie est une terre de chouhada et, de ce fait, il appartient aux Algériens de la protéger et la défendre», a-t-il souligné, expliquant que la défense du pays implique le civisme et le respect des valeurs de l’Islam. Pour sa part, le wali de Tiaret, Abdeslem Bentouati, a insisté, lors de cette rencontre organisée par les services de la wilaya en collaboration avec les directions des affaires religieuses et waqfs et de l’environnement, sur le rôle des imams dans la sensibilisation des fidèles sur la notion de citoyenneté et l’importance de la préservation de l’environnement. Un programme de plantation d’un million d’arbres à travers les quartiers et le long des routes de la wilaya a été tracé avec le concours des citoyens, a indiqué le responsable de l’exécutif, tout en s’engageant à combattre sans relâche les marchés anarchiques et les décharges sauvages. Le directeur de l’environnement de la wilaya, Mustapha Yaali, a fait observer que la wilaya est sujette à de nombreuses agressions environnementales au regard des dépotoirs anarchiques, l’élevage en milieu urbain, la destruction du couvert végétal, les labours anarchiques en milieu steppique ainsi que les abattoirs clandestins et le commerce informel. Des imams et des mourchidine ont assisté à cette rencontre aux côtés des autorités locales. 
Tlemcen 
Attribution de 100 logements publics locatifs à Marsa Ben M’hidiPas moins de 100 logements publics locatifs dans la nouvelle cité «Moudjahid Merbouh Bouchetta» ont été attribués jeudi dans la daïra de Marsa Ben M’hidi (Tlemcen).
La cérémonie de remise des clés et des arrêtés aux bénéficiaires a été présidée par le wali de Tlemcen, Saci Ahmed Abdelhafid, lors de sa visite d’inspection dans cette daïra frontalière. La visite a été marquée par le raccordement de 373 foyers au réseau de gaz de ville dans le village «Chaib Rassou» et l’inspection du chantier de réalisation du dédoublement de la route reliant les communes de Maghnia et Marsa Ben M’hidi sur 60 km, dont des tronçons seront livrés en avril prochain et la réception totale se fera avant le début de la saison estivale, selon les explications fournies sur place. Pour accélérer le rythme des travaux, ce projet a été scindé en quatre lots dont chacun a été confié à une entreprise. Il a été programmé également la réalisation de deux ponts longeant oued Mouileh et la voie ferrée reliant Maghnia à Ghazaouet. Cette route à double sens contribuera à la fluidité de la circulation routière très dense en été et à l’éradication de points noirs à l’origine d’accidents. Il sera procédé également à l’ouverture d’une pénétrante au niveau de l’autoroute Est-ouest et la relier au site touristique Marsa Ben M’hidi, ce qui permettra le développement de certains créneaux spécifiques à la région dont l’agriculture et l’artisanat. La délégation de la wilaya a également inauguré le nouveau siège de la daira de Marsa Ben M’hidi et inspecté deux chantiers de réalisation d’une polyclinique et d’une unité de la protection civile à Bab El Assa, ainsi que d’autres projets à Souani et Souk Tléta.

Arzew
Le mandat de leur Conseil syndical a pris fin dernièrement 
Les communaux revendiquent des quotas de logements sociaux Dans le cadre de la fin du mandat de trois années du conseil syndical UGTA de la commune d’Arzew, les membres du syndicat sortant ont organisé, jeudi dans la soirée, une assemblée générale des travailleurs communaux au niveau du centre culturel de la ville. En présence d’un représentant de l’administration et de l’Union territoriale UGTA, le secrétaire générale du conseil sortant, Maarouf Aniba, devant une importante assistance de travailleurs communaux, a fait lecture du bilan moral accompli par son équipe d’élus syndicaux durant son mandat de trois années. L’intervenant a fait mention, entre autres, à l’intervention énergique et continue du syndicat auprès du maire pour l’octroi et l’attribution des 150 logements aux agents de la commune. Ajoutant que les 2% de la masse salariale attribué aux œuvres sociales sont loin de répondre aux besoins des 1400 agents de la commune, n’empêche, déclara le S.G, que 360 femmes travailleuses communales ont bénéficié de la fête du 8 mars ainsi que d’autres avantages. Continuant sur sa lancée, Maarouf Aniba fera part, également, que dans le cadre du sport, les enfants des communaux ont bénéficié des installations sportives implantées dans le territoire de la commune et auront, également, accès à la nouvelle piscine dès sa mise en service. En dernier lieu, l’intervenant a fait savoir dans le cadre des activités du conseil sortant l’intervention et l’acharnement des membres syndicaux à faire opter le conseil municipal à orienter des agents vers des stages de formation dans le but de bénéficier de promotions et autres nominations supérieures. Enfin, le SG n’a pas omis de mettre en relief, à chaque fois, la bonne collaboration avec le syndicat sortant et l’apport positif du maire pour toute action en direction des travailleurs de la communie. Le représentant de l’Union territoriale UGTA, dans son intervention, a fait savoir à l’assistance, après la mise en place d’une commission de vote et de la récolte des candidatures, composée de six agents, que la date des élections pour renouveler les membres du nouveau conseil syndical aura lieu le 20 avril prochain et que le délai de la clôture des dépôts des dossiers auront lieu pendant huit jours.
D.Cherif 
Hai Ibn Sina
Ils attendent leur relogement depuis près d’une année 

Les habitants de la rue Lakhal Amar dans l’expectativeLa semaine dernière, l’effondrement partiel du plafond d’un appartement du vieil immeuble situé au 6, rue Lakhal Amar à haï Ibn Sina (ex-Victor Hugo) a crée la panique et l’inquiétude de ses locataires. Il ne s’agit pas du premier effondrement, comme ont tenu à le préciser les habitants de cette bâtisse. «Comme vous pouvez le constater, les plafonds de l’ensemble des appartements à partir desquels les eaux pluviales s’infiltrent, sont effondrés et les murs fissurés. L’immeuble abrite trente familles, il est classé au rouge, la commission de daïra nous avait recensés, et depuis près d’une année nous attendons d’être relogés comme cela nous a été promis par les responsables», expliquent les chefs de famille qui nous ont présentés une mise en demeure datée du 14 juin 2014, adressée aux locataires par la représentante des héritiers de l’immeuble qui leur avait demandé d’évacuer les lieux afin de préserver leur sécurité, tout en dégageant ses responsabilités en cas d’effondrement pouvant faire des victimes.
Dans l’ensemble des appartements de cet immeuble, les affaires des locataires sont emballées dans des sacs en plastique, depuis près d’un an comme cela leur avait été demandé par des responsables. «Préparez vos
Affaires, vous allez bientôt être relogés, nous avaient recommandés des responsables de notre secteur urbain. Et cela fait près d’un an que nos affaires sont empaquetées dans des sacs en plastique, certains d’entre nous ont même vendu certains objets pour ne pas être encombrés, et depuis, nous attendons le jour J, qui, malheureusement tarde à venir», précisent nos interlocuteurs, dont certains occupent les lieux depuis 1966 comme le prouve les reçus de loyer qu’ils ont tenu à nous présenter.
A.Bekhaitia
Chlef Plus de 770 cas d’atteinte de tuberculose recensés en 2015 
Au moins 773 cas d’atteinte de tuberculose ont été enregistrés dans la wilaya de Chlef en 2015, a révélé jeudi lors d’une rencontre au chef lieu de wilaya, une spécialiste en épidémiologie. De ce nombre global, 317 cas consistent en une tuberculose pulmonaire, une pathologie qui a connu une certaine stabilité ces derniers temps, contrairement aux cas de tuberculoses extra-pulmonaires où a été recensé 456 cas, a précisé Mme Boucherdoud, épidémiologie à l’établissement public de santé de proximité (EPSP) de Boukadir, lors d’une journée d’information sur cette maladie. «Les cas de tuberculose extra-pulmonaire représentent une préoccupation de taille dans le programme national de prévention et de lutte contre cette pathologie», a souligné, de son côté, le responsable de service de prévention à la direction locale de la santé et de la population (DSP), Nacereddine Ben Kertalia. «Contrairement à la tuberculose pulmonaire qui peut être maîtrisable en termes de diagnostic et de suivi, la tuberculose extra-pulmonaire est difficile à diagnostiquer pour permettre un traitement adéquat», a-t-il estimé. La difficulté dans le dépistage réside dans le fait que la tuberculose extra-pulmonaire touche les lymphomes et la couche protectrice des poumons, mais pas le poumon en lui-même, a expliqué, à cet effet, le Dr Boumaaza, spécialiste en pathologies pulmonaires. «Le dépistage du virus causant cette maladie est difficilement détectable en raison du manque de moyens technologiques de diagnostics adéquats», a-t-il relevé, avant d’affirmer que les jeunes femmes sont les plus exposées à ce type de tuberculose. De son côté, Dr Boucherdoud a signalé que d’autres catégories de personnes, notamment les personnes âgées atteint de diabète ou celles souffrant de malnutrition, sont également touchées par la tuberculose extra-pulmonaire. Le responsable de service prévention à la DSP de Chlef amis l’accent sur la nécessité de renforcer la communication et la coopération entre toutes les parties en relation avec cette pathologie afin d’assurer un traitement convenable et de maîtriser le suivi des malades qui en sont atteints.







طاع الصحافة

البنود الثلاث لوزير الاتصال حميد قرين


الجمعة 1 أفريل 2016 79 0
5
منذ أن تمّ تعيينه على رأس قطاع الإعلام في ماي 2014 ،يقوم حميد قرين بتنفيذ سياسة خاصة للقضاء على الفوضى التي يتميز بها قطاع الصحافة والإعلام ، وبنى قرين سياسته على ثلاث نقاط هي الاحترافية و تكوين الصحافيين و ضبط أداء القطاع من خلال استحداث الهياكل والوسائل القانونية والتنظيمية لتنظيمه وتسييره .
وبدأ قرين سياسته هذه بالتركيز على تكوين الصحافيين ، ولأول مرّة ، يتقرر تخصيص ما نسبته 2 في المائة من الفوائد التي تتحصل عليها وسائل الإعلام لتكوين الصحافيين ، وبالفعل كان تشخيص حميد قرين صائبا ، لأن أداء الإعلاميين يتميز ، عموما ، بالضعف وعدم التحكم في الأداء ، واتضح هذا من خلال حجم القضايا المرفوعة ضد الصحافيين في المحاكم بتهمة القذف ، وهذا بسبب عدم الإلمام بالقوانين والتحكم في الأداء ، وشرعت وسائل إعلام كثيرة ، خاصة القوية ماليا ، وأغلبها وسائل إعلام حكومية ، وهذاى منذ سنة تقريبا في تنظيم دورات تدريب وتكوين للصحافيين .
مدراء فقراء وصحافيون فقراء ..العيب
كما ركّز حميد قرين على قضية الرفع من رواتب الصحافيين والتكفل بهم إجتماعيا ، وهو أمر حسّاس للغاية ، اهتم به عدد كبير من وزراء الإعلام السابقين ، لكن حميد قرين كان أكثرهم إصرارا على تجسيده ، وتشير وقائع حقيقية إلى أن عددا كبيرا من وسائل الإعلام ( 165 جريدة يومية وعشرات الصحف والمجلات الأسبوعية والشهرية المتخصصة ) لا تصرح بكل صحافييها وعمالها لدى الضمان الإجتماعي وهذا يشكل وصمة عار في جبين قطاع الصحافة ، كما أن عددا من الصحف التي تتحصل على مداخيل كبيرة من الإشهار ، الحكومي والخاص على السواء ، لا تدفع رواتب محترمة للصحافيين على الرغم من أن الفوائد التي تجنيها هذه الصحافة سنويا كبيرة وضخمة في بعض الأحيان ، ويسود الهمس بين الصحافيين ، خاصة الشباب ، أن الكثير من مالكي ومدراء وسائل الإعلام أثرياء وأغنياء والصحافيين فقراء ، وعبّر حميد قرين شخصيا عن هذه الظاهرة عندما قال أنه لا يليق وغير مقبول أن يكون المدراء أثرياء وصحافييهم فقراء .
صحافة محترفة بدون شتم
وبنى قرين سياسته كذلك على الاحترافية واحترام القانون ، وتقوم هذه السياسة على كشف الحقائق دون الشتم والسبّ والتعرض للأعراض ، وهي فكرة منسجمة مع عدم تجريم العمل الصحافي في الجزائر ، وبالفعل انتهت فترة سجن الصحافيين بسبب كتباتهم وأرائهم منذ فترة ولم يعد سجن الصحافيين موجودا ، ويعاقب قانون الصحافيين بالغرامة فقط على جنح القذف ، وهو تطور مهم للغاية ويفتح الباب لتطوير القطاع ، وفي أحاديثه وخطبه ن يركز قرين على هذه النقطة بالذات ، ويؤكد بأن حق نشر المعلومة مكفول قانونا بل محبّب ومستحبّ ، لكن ما يعارضه هو التعرض للأشخاص وعائلاتهم ، ومؤسسات الدولة ورموزها ، بعدما اصبح التعرض للشخصيات العامّة نوعا من الحرية والصحافية ، في حين يراها القانون جنحة يعاقب عليها ، ولتحقيق سياسته ، التزم وزير الاتصال بوضع الهيئات التي تراقب أداء الصحافة قريبا ، ومن الممكن الإعلان عن تأسيس مجلس أخلاقيات المهنة وسلطة الضبط للصحافة المكتوبة وكذلك سلطة الضبط للسمعي البصري في شهر ماي المقبل ـ لينهي بذلك مسار الهيئات والمؤسسات التي تنظم سير القطاع ، وهذا بعد الانتهاء نمن تنصيب اللجنة الوطنية لبطاقة الصحافي المحترم ، وعرفت حصول حوالي 5 آلاف صحافي على بطاقاتهم المهنية .
رغم الانتقادات .. تراجعوا هم .. وواصل هوّ
وتعرض حميد قرين لانتقادات لاذعة من طرف البعض في وسائل الإعلام ، بسبب سياسته ووجهت له اتهامات بأنه يضغط على الصحافة ،ووصلت في بعض الأحيان إلى شتمه والتعرّض له شخصيا ، غير أنه لم يتراجع وواصل تنفيذ سياسته ، وانتهت المواجهة بتراجع منتقديه وواصل هو مسيرته ، ولعل أهم ما ميّز فترة حميد قرين على رأس قطاع الصحافة ، والتي تغلق فترة السنتين في ماي القادم ، هو توفير الحماية لمدراء المطابع حتى يؤدون مهامهم في جو من الشفافية بعدما كانت المطابع في السابق عرضة لتدخلات وضغوطات من جهات مختلفة سياسية وأمنية تسمح لبعض الناشرين بالطبع دون دفع حقوق المطبع ، ، وهي سياسة قائمة على المحاباة وتفضيل المصالح الشخصية والفساد كذلك ، وحسب مصادر عديدة من داخل المطابع ، فإن حميد قرين ، وبدرجة أقل ، الوزير الذي سبقه محمد السعيد ، هو أكثر وزير رفض التدخل في تسيير المطابع وأمر مدراء هذه المطابع بالحصول على على أموال مؤسساتهم من الناشرين مقابل الطبع أو توزقيف الطبع ، واضعا بذلك حدّا لما كان سائدا من قبل ، ولم يفلح الكثير من الناشرين وملاك الصحف الذين لم يكونوا يدفعون مستحقات المطابع من سحب جرائدهم وطبعها ، رغم محاولاتهم واستغلال نفوذهم ، وهذا بفضل وقوف الوزير إلى جانب مدراء الصحف حسب قول عدد من هؤلاء المدراء ..
من جهة أخرى ـ تميزت فترة حميد قرين بتسيير مختلف للوكالة الوطنية للنشر والإشهار ، فقد أعلن في خطاباته أن الوكالة تسير بطريقة اقتصادية وتجارية ، وهي حرّة في عملها ، لكنه شدد في المقابل على ضرورة دعم الصحف التي تقدم خدمة عمومية للقراء وتقوم بتوظيف الصحافيين وتحافظ على تشغيلهم ،لكنه طالب هذه الصحف بتطوير أدائها وعدم الاكتفاء بالطمع في أموال الوكالة الوطنية للنشر والإشهار ( أناب ) فقط .
وتسبب نقص الإشهار من هذه الوكالة ومن وكالات الإشهار الخاصة بسبب الأزمة الاقتصادية ، في توجيه انتقادات للوزير قرين ، إلّا أنه ردّ في كثير من المرّات بأن نقص الإشهار ، ليس حكوميا فقط ، ومس ّ " لاناب " فقط ، بل هي أزمة عامة مسّت أيضا الشركات الخاصة ومؤسسات الدعاية والإعلان الخاصة ، كما أن الكثير من الجرائد الحكومية تعاني من نقص الإشهار ، مثلها مثل الجرائد الخاصة ، وتتعرض الكثير من الجرائد والصحف التي تساند سياسة الحكومة إلى نفس الأزمة وهي نقص الإشهار ، وهو ما يجعل الوزير في حلّ من قضية تسيير الإشهار الحكومي .
أحمد فطاني : قطاع الإعلام كان في فوضى عارمة قبل مجيء حميد قرين
طالب أحمد فطاني، المدير العام لجريدة "لكسبريسيون" الناطقة بالفرنسية، بفتح تحقيق على مستوى الوكالة الوطنية للنشر والإشهار والاتصال "لاناب"، بعد أن اتهمها بتوزيع الاشهار على الجرائد دون الاعتماد على معايير النوعية والمقروئية، مؤكدا أن الأمور عادت إلى نصابها منذ تعيين حميد قرين على رأس وزارة الاتصال.
وقال فطاني لـ"الحياة" : "منذ سنة 2001 وحتى 2014 كانت "لاناب" توزع الاعلانات التجارية على الجرائد بطريقة غير عادلة، فمثلا هناك صحف كانت تأخذ من 3 إلى 4 صفحات إشهارية في حين أنها لا تقرا تماما ومنها من لا تطبع فوق 2000 نسخة، أما الجرائد واسعة الانتشار في الوطن والأكثر مقروئية فإنها لا تأخذ نصيبها من الإشهار وتكتفي "لاناب" بمنحها نصف صفحة في أحسن الاحوال ،وهذا غير منطقي" وأضاف "في الوقت الحالي تغيّر الأمر منذ مجيء وزير الاتصال حميد قرين، الذي أعطى لكل ذي حق حقه وساهم كثيرا في تنظيم قطاع الاعلام بعد أن ورثه وهو في حالة فوضى كبيرة".
وقال فطاني أن كثرة العناوين الصحفية التي تجاوزت 150 جريدة في الجزائر، ساهمت في تأزم الوضع في الصحافة المكتوبة ،و أن هناك من المستثمرين من يؤسس جريدة طمعا فقط في إشهار "لاناب" التي تمنحه لجميع الصحف الخاصة والحكومية.
وأرجع فطاني عدم احترام اخلاقيات المهنة في الصحافة الوطنية للمستوى المتدني للصحفيين المبتدئين الذين يقعون في أخطاء مهنية كارثية، مؤكدا انه رغم ذلك توجد حوالي 15 صحيفة نوعية تحترم القيم وقوانين الاعلام وتقوم بتوجيه الرأي العام ولها مقروئية كبيرة في الوطن.
كمال جوزي: هناك فوضى في قطاع الصحافة
قال المدير العام لجريدة "الخبر" كمال جوزي، أن طريقة التعامل مع الاشهار في الصحافة المكتوبة غير واضحة تماما وينتابها الغموض، و أن الوكالة الوطنية للنشر والإشهار والاتصال "لاناب" تنمح الاعلانات للصحف بطريقة غير واضحة ووفق معايير لا يمكن فهمها
وقال جوزي للحياة أن عديد الصحف الوطنية لا تحترم أخلاقيات المهنة بسبب مسيّريها الذين هم دخلاء على المهنة ويستثمرون في الجرائد كما يفعلون ذلك في العقارات حسب قوله، وقال " مستوى الصحفيين تدنى كثيرا في الآونة الأخيرة لأن الجامعة لا تكوّن والصحافيون لا يقومون بأي جهد لتكوين أنفسهم وتطوير أدائهم حيث نرى من صحفيين الجدد من يجد مقالاته في المانشيت والصفحة الاولى وهو لايعلم في الاصل ماهي الأمور التي لا يتجاوزها في كتاباته، حقيقة قطاع الاعلام يعيش فوضى كبيرة".
شرفي: صحف كثيرة لا تحترم القانون وأخلاقيات المهنة
أكد عاشور شرفي، مدير جريدة "المجاهد" الناطقة بالفرنسية، أن الصحافة المكتوبة تعيش أزمة مالية خانقة بسبب نقص الاشهار وشح المعلنين خلال السنتين الأخيرتين، مرجعا ذلك للظروف الاقتصادية الصعبة التي تمر بها البلاد بعد انخفاض أسعار البترول في الأسواق الدولية لأدنى مستوياتها.
وقال شرفي للحياة" حقيقة أزمة الاشهار مست جميع الصحف وليس الجرائد الخاصة فقط، فمثلا في جريدة "المجاهد" انخفضت الاعلانات بنسبة 70 بالمئة مقارنة بسنة 2014، وهذا راجع لسياسة التقشف التي دفعت المؤسسات التجارية لخفض نسبة الاعلانات أو حتى الغائها في بعض الأحيان".
وأوضح شرفي أن عناوين كثيرة لا تحترم القيم وأخلاقيات المهنة وتصل الى السب والشتم في مقالاتها من أجل رفع مبيعاتها أو ما يعرف عنها بصحافة الإثارة، في ظل غياب مجلس أخلاقيات المهنة ومجلس سلطة الضبط الصحافة المكتوبة منذ التعددية الاعلامية سنة 1990.
كما ثمن شرفي مجهودات وزير الاتصال حميد قرين في إصلاح القطاع منذ تنصيبه على رأس الوزارة، بداية من استحداثه بطاقة الصحفي المحترف ومن ثم قراره بانتخاب لجنة دائمة لهذه الهيئة وتأسيس مجلس لأخلاقيات المهنة وسلطة الضبط في ماي المقبل. ويرى شرفي أنّ هناك صحافة نوعية في الجزائر تتميز بالمهنية وموجهة للنخبة لكنها تعد على أصابع اليد في حين أن بقية الصحف تتبع سياسة "نسخ لصق" من الانترنت ومنها لا توزع تماما وتبقى في المطابع.
كمال سيدي سعيد لـ " الحياة ":
إجراءات وزير الاتصال جريئة و جهود " لاناب " لإنقاذ الصحف لا ينكرها إلا جاحد
لم يشهد قطاع الإعلام في الجزائر، وخصوصا الصحافة المكتوبة ظروف " عصيبة " مثلما تعيشها اليوم ، جرائد و قنوات أغلقت و أخرى مهددة بالإفلاس و الاندثار كليا في المشهد الإعلامي الوطني ارتباطا وثيقا بالظروف الاقتصادية الصعبة التي تشهدها البلاد .. حول هذا المنعطف الجديد الذي تشهده المنظومة الإعلامية و قضايا أخرى عديدة تتعلق بالمهنة في حد ذاتها و المشاريع الجديدة للوصاية لإعادة ترتيب البيت و مراجعة " آلياته " يحدثنا الخبير المتخصص في مجال الإعلام و الاتصال كمال سيدي سعيد ..
الحياة " : استهل قطاع الإعلام العام الجديد 2016 على وقع تداعيات الأزمة كانت سببا في توقف العديد من العاوين عن الصدور و أخرى على شفا الإفلاس و الغلق ، ما هو تقيمكم لوضع القطاع بشكل عام ؟
كمال سيدي السعيد : الإعلام في واقع الأمر " صناعة " تتأثر مثلما تتأثر كل القطاعات الأخرى المنتجة بالأزمة الاقتصادية ، و كما تعلمون الإشهار هو أحد مصادر التمويل الرئيسية ان لم نقل الوحيد لضمان الاستمرارية للمؤسسة الإعلامية ، الأمر صعب ، و هنا يجب أن لا نوجه أصبع الاتهام إلى أحد لأن الإشهار العمومي ليس حق دستوري ، أرقام سوق الإشهار و الدعاية تقلصت كثيرا ليس لدى الوكالة الوطنية للنشر و الإشهار " أناب" فحسب ، بل كل شركات الإعلان الأخرى في القطاع الخاص ، العملية تجارية بحتة و الحلول أيضا ستكون تجارية بحتة ، و في اعتقادي الوضع "ظرفي" و المطلوب الآن هو التكيّف معه وفقا للمعطيات الحاصلة . و للأمانة ، فان الشركة الوطنية للنشر و التوزيع " أناب " أنقذت العديد من الصحف في وقت مضى من الإفلاس و هذه حقيقة لا ينكرها إلا جاحد..
الحياة : بعد مرور أكثر من ربع قرن من فتح و تحرير قطاع الإعلام ، كيف تقيمون المسار بشكل عام و هل فعلا بلغت الصحافة في البلاد مستوى يمكنها من المساهمة في صنع القرار و "توجيه " السياسات و الرأي العام ؟
كمال سيدي السعيد : لا أحد كان يظن في 1990 ان الجرائد التي أعلن عن ميلادها وقتها ستعمر و ستبقى حتى اليوم ، القطاع صمد و وواجه " أقسى الظروف خصوصا خلال العشرية " السوداء " حيث كانت الفاتورة ثقيلة جدا ، و ساهمت بقوة في الحفاظ على الجمهورية ، اليوم نعيش وضعا " أسس له السابقون في القطاع الخاص و العام على حد سواء " و الصحافة في الجزائر حاليا بلغت مستوى من الحرية لا نجدها في أية دولة ي العالم العربي و هذا مكسب ثمين ، و الدستور الجديد كرّسها أكثر.حرية الصحافة في الجزائر ما تزال تجربة فتية لكنها وفقت نسبيا في أن يكون لها الصدى و الـتأثير المتوخى سواء في مراكز القرار أو في الرأي العام ، لكن للأسف نسجل محاولات للنيل من المنظومة من طرف جماعات المصالح و النفوذ التي لا تتوانى في تحريك وسائل إعلامية ضد أخرى .
الحياة : ما هو تقييمكم للورشات المعلنة في القطاع و التي يقودها الوزير الحالي للاتصال ؟
كمال سيدي السعيد : الوزير الحالي حميد قرين و للأمانة اتخذ إجراءات جريئة تحسب له ، و الملاحظ ان القطاع يشهد في عهدته "تفاعلية" كبيرة قلما عشناها في عهدات كل الوزراء السابقين ، و أنا شخصيا أدرج موجة الانتقادات التي طالت أداءه منذ استلامه هذه الحقيبة الوزارية الحساسة جدا ، في خانة " تصفية الحسابات " بدوافع سياسية من هذه الجهة أو تلك ..ربما لأن الوزير أصبح " يزعج " بقراراته " اللوبيات " التي تحاول أن تكون وصية على الشعب من أجل مصالحها المالية أو السياسية . في اعتقادي وزير الاتصال توجه صوبا إلى مربط الفرس ، لأنه أولا ابن القطاع و يدرك جيّدا رهاناته و هو منتبه لفجواته ونقاط الشعف فيه ، لذلك نجد أن معظم المشاريع التي أعلن عنها تركز على ضرورة إيلاء التكوين الأهمية اللازمة لأنه السبيل الوحيد نحو الاحترافية . .
الحياة : بخصوص قطاع السمعي البصري الذي اصحب اليوم يعد أكثر من 45 قناة ما بين عامة و متخصصة ، ما هو تقييمكم لهذه التجربة ؟
كمال سيدي السعيد : تأسيس القنوات التلفزيونية أصبح " موضة " في أوساط رجال المال و الأعمال تماما مثل الصحف في وقت سابق ، و رغم هذا الكم و الزخم إلا أن الأداء "ضعيف" ، في اعتقادي اقتحام هذا المجال كان بارتجالية بل وحتى "عبثية" و أنا أتساءل ما ذا تنتظر الحكومة كي تطبق قانون السمعي البصري الذي صادق عليه البرلمان لتنظيم القطاع و " أخلقته ".. قطاع السمعي البصري ما يزال يفتقد للاحترافية و المهنية عكس الصحافة المكتوبة التي قطعت أشواطا مهمة في هذا الاتجاه.
الحياة : ماهي قراءتك للخطوط الافتتاحية للصحف ؟ هل ترى أن احترامها يجب أن يكون فوق حق المواطن في الإعلام ؟
كمال سيدي السعيد : أفاجئك ان قلت ان معظم الصحف حاليا ليس لديها خطوط افتتاحية ، و الصحفيين لا يفقهون معنى الخط الافتتاحي ، و يعتبرونه فقط عبارة "خط أحمر" لا يجب تجاوزه ، في اعتقادي الخط الافتتاحي للجريدة يعبّر عن توجه ما و نموذج في التعامل و التعاطي الإعلامي مع الحدث ليس إلا ، لكل جريدة رؤيتها و تعاليقها ، لكن الخبر أمانة و إيصاله للقارئ هو من صميم مهام الوسيلة الإعلامية مهما كان توجهها أو انتماؤها إلى اي طيف إيديولوجي أو سياسي مهما كان ... هذه هي الاحترافية و المهنية.
الحياة : يعتبر الكثير من الملاحظين الإشهار في الجزائر بمثابة " هدية " للصحف و يعتمد على منطق الولاء .. ما هو تعليقك ؟
الإشهار في المؤسسات الإعلامية بشكل عام ليس "حق دستوري" و هو عملية تجارية بحتة بين مؤسستين و العلاقات الحاصلة حاليا في هذا السوق يكتنفها الخلط و الغموض ، و أنا أرفض المعتقد السائد حاليا الذي يعتبر الإشهار "هدية" لأننا في هذا الوضع و للأسف نفتح الأبواب على مصراعيها أمام الابتزاز و المساومة و نقضي على المهنية و الاحترافية التي تسعى لتكريسها ، في رأيي المؤسسة الإعلامية يجب أن تطور نفسها أكثر لكي تنتزع مكانة لها في المشهد الإعلامي و الإشهار بعده ليس سوى حلقة من حلقات هذا التطور يرتفع بارتفاع مصداقية الجريدة أو المجلة أو القناة .

ليست هناك تعليقات: